Dans l'actualité récente

Euro 2012 : pourquoi Blanc a écarté Gourcuff en cinq raisons

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2012-05-30T16:58:00.000Z, mis à jour 2012-05-30T17:05:16.000Z

Yoann Gourcuff ne participera pas à l'Euro, sauf forfait de dernière minute. La présence du Lyonnais dans la pré-liste de Laurent Blanc lui avait pourtant laissé présager une meilleure issue. Pourquoi le sélectionneur l'a écarté des 23 ? Réponse en cinq points...

« On l'avait pris pour avoir un rôle important dans l'équipe, mais il y avait trop d'incertitudes autour de lui après sa blessure à la cheville contre l'Islande. Il avait beaucoup de retard. Cette blessure est gênante, récurrente. Ca a ajouté encore de l'incertitude. » Laurent Blanc a justifié son choix de ne pas retenir Yoann Gourcuff pour l'Euro lors du point presse de mercredi avec ces propos. Mais quelles sont les autres raisons de cette mise à l'écart ? Voici cinq raisons probables :

1/ La forme du moment
Laurent Blanc a surtout mis l'accent sur cette donnée, en évoquant sa blessure à la cheville et le retard physique de Yoann Gourcuff par rapport au reste du groupe, sachant qu'il n'a joué que 23 matches toutes compétitions confondues avec l'OL cette saison.

2/ Le mérite
Par rapport à d'autres joueurs présents dans la pré-liste de Laurent Blanc (Marvin Martin, Blaise Matuidi, Matthieu Valbuena...), Yoann Gourcuff ne jouissait pas d'une grosse marge vu ses prestations en club et ses dernières apparitions en équipe de France.

3/ L'intégration
Il semblerait que Yoann Gourcuff se tenait une fois de plus à l'écart du groupe. Quelles qu'en soient les raisons, le meneur de jeu n'a pas réussi à s'imposer comme un membre à part entière de l'équipe.

4/ Pas le meneur qu'on attendait
En le convoquant contre vents et marée, Laurent Blanc souhaitait faire Yoann Gourcuff son meneur de jeu, lui donner les clés du jeu de l'équipe de France. Mais l'ancien prodige de Bordeaux n'a rien montré contre l'Islande pour inciter le sélectionneur à persévérer dans ce sens.

5/ La vindicte populaire
Dans un climat déjà délétère autour de l'équipe de France, le public étant encore traumatisé par l'épisode de 2010, conserver un élément que les supporters ne soutiennent plus (pour preuve les sifflets contre Gourcuff à sa sortie devant l'Islande) n'aurait peut-être fait que renforcer le désamour et la défiance envers les Bleus.

L'histoire d'amour entre Yoann Gourcuff et l'équipe de France, qui avait si bien commencée, ne connaîtra pas l'Euro 2012. Pas sûr qu'une réconciliation soit possible.