Dans l'actualité récente

Euro 2012 : pourquoi les Bleus ont perdu en cinq raisons

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2012-06-20T08:40:00.000Z, mis à jour 2012-06-20T08:49:59.000Z

C'est la douche froide ce matin pour les supporters de l'équipe de France après la défaite concédée contre la Suède (0-2). Certes la qualification pour les quarts de finale est acquise, une première depuis 2006 en compétition internationale, mais la forme n'y était pas. Retour sur une contreperformance qui ne manque pas de faire parler...

Convaincants face à l'Ukraine, les Bleus ont semblé retomber dans les travers des années passées le temps d'un match contre la Suède.



1/ Cabaye reviens !
Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Touché à la cuisse contre l'Ukraine, Yohan Cabaye a été ménagé par Laurent Blanc pour ce troisième match. Par son absence, le joueur de Newcastle a démontré l'influence qu'il a sur le jeu des Bleus. Créateur de liant dans l'entrejeu tricolore, le milieu relayeur a clairement manqué dans l'équilibre de l'équipe. Il ne reste plus qu'à espérer son retour contre l'Espagne.


2/ Les dézonages de Benzema
L'attaquant du Real Madrid avait sans doute envie de bien faire contre la Suède mais le scénario du match a mis surtout en avant les difficultés offensives des Bleus. Très souvent en retrait pour toucher des ballons, Benzema ne pouvait plus alors proposer des solutions pour ses milieux offensifs peu inspirés. Ses dézonages réguliers pourraient amener l'idée de l'associer avec Olivier Giroud dont le placement est davantage en adéquation avec le rôle d'attaquant de pointe.


3/ La fébrilité défensive
Grand chantier de Laurent Blanc au début de son mandat avec l'équipe de France, la charnière centrale peine toujours à garantir la sécurité nécessaire. Le duo Rami-Mexès a une nouvelle fois souffert face à un sacré client en la personne de Zlatan Ibrahimovic. Koscielny qui remplacera le joueur du Milan AC, suspendu pour les quarts, aura la lourde tâche de ramener de la sérénité. Pour Lloris et les espoirs des Bleus dans la compétition.


4/ L'honneur suédois
Eliminée à la suite de deux défaites contre l'Ukraine et l'Angleterre, la Suède n'avait plus d'objectif sportif excepté celui de sauver l'honneur. Contre la France, les partenaires d'Ibrahimovic ont fait plus que cela. Avec davantage d'envie et d'engagement que les Bleus, les Suédois ont fait plaisir à leurs supporters et justifié leur participation à l'Euro.


5/ Un coaching en questions
Laurent Blanc a-t-il trop tardé à effectuer ses remplacements alors que la France affichait clairement ses limites ? Déjà remis en cause après les changements de fin de match contre l'Angleterre, le sélectionneur national n'a pas réussi à réinjecter de la fraicheur dans son effectif. Le second but suédois est venu sanctionner ces défaillances.


Après 23 matches consécutifs sans défaite, l'équipe de France met un terme à une série initiée en septembre 2010. Dans leur déception, les Bleus se consolent en observant que ce revers n'est pas préjudiciable pour les quarts de finale. Une manière comme une autre pour se remotiver, chasser les traces de suffisance et réaliser un exploit contre l'ogre espagnol samedi prochain.