Dans l'actualité récente

Euro 2016 : menée, la France verra les quarts grâce à Griezmann

Voir le site Téléfoot

Cl4kZkAWQAAS7D9 large jpg
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-06-26T15:23:59.326Z, mis à jour 2016-06-26T15:26:42.952Z

En difficulté après l'ouverture du score irlandaise, la France a su montrer un visage conquérant ensuite pour s'imposer. Elle affrontera l'Angleterre ou l'Islande en quarts de finale.

Mal embarquée après un penalty concédé et transformé d’entrée de jeu, la France a totalement renversé la vapeur en deuxième mi-temps grâce à un doublé d’Antoine Griezmann. Il s’en est fallu de peu.

Une France qui joue à se faire peur

La France n’avait encore jamais été menée au score dans cet Euro 2016. Elle aura attendu le huitième de finale face à l’Irlande et une faute bête de Paul Pogba dans la surface pour l'être. Après le penalty marqué par Brady (2e), il restait encore beaucoup de temps aux Bleus pour continuer l’aventure. Ils ont eu le mérite de ne pas s’écrouler mentalement - Pogba en tête - malgré une première mi-temps très, très hachée. Les Irlandais ne pouvaient rêver meilleur scénario et ils ont joué le coup à fond : des fautes loin de leur cage pour casser le rythme et les velléités offensives des hommes de Didier Deschamps. Pas assez rapides ou précis dans leurs occasions, les Français ont parfois été plus proches du 0-2 que du 1-1.

Griezmann MVP

Dider Deschamps a logiquement revu sa copie après la pause : l’entrée de Coman à la place Kanté avec passage au 4-4-2 et le replacement de Matuidi sur le côté gauche, lui qui était perdu sur la droite. Dans ce dispositif beaucoup plus offensif, les Bleus ont très vite remis le pied sur le ballon, transformant le match en véritable attaque-défense. L’égalisation est d’ailleurs venu d’un joli mouvement collectif : renversement de Payet pour Sagna, qui n’avait plus qu’à centrer pour la tête d'Antoine Griezmann (57e). Dans la foulée, le joueur de l’Atlético Madrid a remis ça, cette fois avec du jeu direct et une belle remise d’un Giroud ayant pris soin d’aspirer les défenseurs (61e). Après s’être compliquée la tâche, la France a complètement inversé la tendance. Assommé par le doublé, les Irlandais n’ont plus vu le jour et ont même fini à dix après la faute de Duffy à l’entrée de la surface (67e). Gignac aurait pu aggraver la marque, mais sa belle frappe enroulée s’est écrasée sur la barre (77e).

Un état d’esprit avant tout

La France a eu deux visages face à la République d’Irlande. D’abord stressante, elle a su faire le dos rond et repartir de l’avant face à une équipe qu’elle espérait plus abordable. Elle pourra également se satisfaire de n’avoir encaissé que deux buts, uniquement sur penaltys. Il y a encore beaucoup de doutes à lever - Rami, qui sera suspendu en quart de finale, est loin d’avoir été irréprochable -, notamment sur les coups de pied arrêtés. Le placement de Pogba est toujours un casse-tête pour Didier Deschamps. Les Bleus sont plus dans la réaction. Devant un éventuel choc face à l’Angleterre au prochain tour, il reste des interrogations et il y aura des dilemmes face à certains choix. Mais, au jour d’aujourd’hui, la France est toujours debout après avoir eu un genou à terre. Savoir se relever, c’est déjà une belle promesse en soi. Le vrai retour aux affaires d’Antoine Griezmann en est une autre.