Dans l'actualité récente

[Exclu Téléfoot 10/06] - Macron, sa passion pour le foot remonte à l'enfance

Voir le site Téléfoot

macron
Par Thomas Ravenel|Ecrit pour TF1|2018-06-10T10:26:38.402Z, mis à jour 2018-06-10T14:39:53.618Z

Lors d'un entretien exclusif accordé à Téléfoot ce dimanche midi, Emmanuel Macron a évoqué l'importance du football dans son enfance. Le président de la République est également revenu sur ses premiers souvenirs et son idole, Michel Platini.


Ses premiers souvenirs

"C'est difficile à dire, mais je pense que ce sont Michel Platini, les albums Panini, Téléfoot et l’équipe de France."

D'où lui vient sa passion pour le football ?

"J’ai un frère qui est encore plus passionné que moi. J’ai toujours aimé suivre et essayé de jouer. "

Un ancien défenseur teigneux

"Je jouais arrière gauche. J’étais teigneux mais peu technique. Disons que sur le terrain j’étais plutôt du genre à ne rien lâcher et à motiver les autres. Ce n’est pas exactement le même poste, mais j’avais un tempérament un peu à la Pardo (ndlr, ancien milieu de terrain de l'OM et de Saint-Etienne notamment)."  

"Je ne dirais pas que je me suis imaginé pro me pensant adulte, mais j’ai des souvenirs très précis d’enfance où je me suis vu jouer professionnel. C’est-à-dire ces après-midis ou ces soirées qu’on passe à tirer des coups francs en pensant qu’on est Sauzée ou bien Platini." 

Platini l'a marqué pour toujours

"J’ai une phrase qui m’a toujours poursuivit qu’il disait quand il était joueur et surtout ensuite sélectionneur : « Le contrôle c’est au moins la moitié du travail. » J’ai toujours eu de réelles imperfections en la matière. Mais c’est surtout de le voir jouer qui m’a marqué. Je trouve que Michel Platini c’est presque de le regarder sans le ballon qui est le plus impressionnant. Manifestement, il voyait quelque chose que les autres ne percevaient pas. Et Zinédine Zidane a le même don. Quand on regarde ces joueurs avec un peu de recul. Les grands joueurs c’est à cela qu’on les voit. Ils se déplacent sur le terrain. Ils voient les situations."