[EXCLU Téléfoot – 18/11] - Deschamps et le renouvellement chez les Bleus : "Le groupe n'a jamais été fermé"

EQUIPE DE FRANCE - Invité de Téléfoot, dimanche, Didier Deschamps, le sélectionneur de l'équipe de France, a abordé le sujet du renouvellement dans son groupe France.

Sur sa prochaine liste en mars

"(La logique de groupe) a toujours été présente. Pour les champions du monde ? Elle y est aussi."

"Après chaque rassemblement il y a une réflexion approfondie. Là il y aura quatre mois après notre match face à l'Uruguay donc il faudra voir la forme des uns et des autres."

"Logique de groupe car les joueurs se connaissent, il n'y a pas beaucoup de temps pour travailler. Après si j'estime que certains qui ne sont pas venus peuvent apporter un plus, je les prendrai."

"Ce n'est pas parce qu'il y a beaucoup de champions du monde qui sont là dans le groupe... Il y a deux nouveaux : Alassane Pléa et Ferland Mendy. Il y a Tanguy Ndombélé qui était là le mois dernier. Cela n'a jamais été fermé."

Sur un éventuel crédit perdu par certains joueurs

"Il n'y a pas de crédit ou d'assurance-vie. Ce n'est pas les juger ou jusqu'à dire les condamner sur un match ou deux matches."

"Il faut faire la part des choses, une analyse plus globale par rapport à ce qu'ils ont fait de bien aussi."

"Mais bon, la vérité d'aujourd'hui, ça ne sera pas forcément celle du mois de mars."

Sur un éventuel manque de "discipline" des joueurs en club

"Ce n'est pas une histoire de discipline. C'est plus un travail spécifique."

"Le seul moment où on peut le faire, c'est avant les grandes compétitions parce qu'il y a la préparation."

"On a le temps de mettre des séances en place, bien spécifiques à tous les niveaux. D'avoir des répères. Mais c'est pareil pour toutes les équipes nationales."

"Ce n'est pas figé, cela ne l'a jamais été."

Sur les postes actuellement en difficulté (latéral droit, attaque)

"En difficulté, ponctuellent. Mais ça peut arriver qu'il y en ai d'autres à d'autres moments."

"On débriefe un match où on n'a pas été bons. Mais il ne faut pas oublier tout ce qu'on a fait de bien. On peut faire mieux."

"Bien évidemment qu'il y a des postes qui soient... (il s'arrête). Ce n'est pas qu'ils soient moins fournis. Il y a toujours des joueurs français : on en suit."

"Des joueurs vous pouvez en sortir. Il n'y a pas besoin de quinze joueurs, il y en a cinq par postes : c'est à peu près une cinquantaine de joueurs, plus Franck Raviot qui a la spécificité des gardiens."

Sur le suivi des joueurs

"Ce n'est pas tout de les superviser et de regarder l'évolution des joueurs. C'est plus de voir ces joueurs-là au niveau international en sachant les exigences qu'il y a."

"Si ces joueurs sont bons dans leur club, c'est déjà une condition importante. Après avoir le niveau international : ces joueurs que vous avez cités (Ruben Aguilar, Kenny Lala) ils ne peuvent pas l'avoir puisqu'ils n'y ont jamais été confrontés."

"Vous prenez l'exemple de Kimpembe : il est ça sa quatrième sélection. Ce n'est pas comme s'il avait 40 ou 50 sélections. Donc il y a des étapes à franchir."


Bonus Téléfoot - Deschamps : "Cela fait mal parce que nous ne sommes pas habitués"


Vidéos associées

News associées