[Exclu Téléfoot] Claude Puel : « Ben Arfa, un joueur de match »

Voir le site Téléfoot

claude puel exclu
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2016-09-11T11:59:19.714Z, mis à jour 2016-09-11T12:00:13.815Z

Invité de Téléfoot ce dimanche, l'ancien entraîneur de Nice est revenu pour nous sur sa nouvelle vie en Angleterre mais aussi sur l'actualité de la Ligue 1.

Après avoir fait toute sa carrière en France comme joueur puis entraîneur à Monaco, Lille, Lyon et Nice, Claude Puel a enfin franchi le cap cette saison en s'expatriant en Premiere League, à Southampton. Après des débuts délicats, il était ce matin l'invité de Téléfoot pour en parler.

« Un public extraordinaire »

Défait 2-1 à l'arrachée sur la pelouse de l'Emirates Stadium d'Arsenal par son ancien entraîneur Arsène Wenger qu'il affrontait pour la première fois, il a souligné l'importance de l'Alsacien  dans son choix de franchir la Manche : « Il a été de bon conseil […] c’était sympa de se retrouver, c’était un bon moment ».

Livrant ses premières impressions sur le championnat anglais, il a évoqué un « aspect médiatique très développé avec beaucoup de marketing » mais aussi un « public extraordinaire, très passionné […] c’est vraiment très sympa, il y a une super ambiance ». Pas encore un inquiet sur le départ poussif de son équipe, il a néanmoins souligné l’urgence de « prendre des points ».

Aulas et sa « cuisine interne »

Suivant toujours la Ligue 1 et son ancien club Lyon, actuellement dans la tourmente, il reste persuadé que « Lyon a les ressources, collectives et en terme de qualités, pour très vite rebondir » malgré une ambiance certainement un « peu tendue ». Évoquant simplement en souriant la « cuisine interne » du président Aulas en période trouble, il n’a pas souhaité en dire plus.

Rebondissant sur l’actualité marseillaise, il a insisté sur «  le manque de patience » ne permettant pas de « construire sur la durée ». Il conseille une politique à deux vitesses, injecter de l’argent pour avoir immédiatement une belle équipe tout en investissant à plus long terme sur le centre de formation.

Interrogé sur son ancienne équipe et l’arrivée médiatique de Balotelli, il a affirmé que « Nice est un club familial qui peut lui permettre de retrouver toutes ses qualités ». Sur son ancien protégé Ben Arfa, il affirme que ce denier est « un jour de match, pas d’entrainement », souligné que « s’il n’avait pas de temps de jeu, il risquait de baisser ».

Une vision très acérée d'un championnat qu'il semble encore suivre de près.