Face à l'Inter Milan, Naples visera le 9 sur 9

Voir le site Téléfoot

Dries Mertens (SSC Naples)
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-10-21T12:10:50.635Z, mis à jour 2017-10-21T12:10:51.391Z

Naples aura l'occasion de signer une neuvième victoire de rang cette saison en Serie A. Mais il devra se défaire de son dauphin, un Inter Milan ambitieux.

Naples et l'Inter Milan, respectivement premier et deuxième de Serie A, s'affrontent ce samedi soir à San Paolo. L'éventuel vainqueur prendra la tête du classement en infligeant sa première défaite de la saison en championnat à l'autre équipe. Un vrai choc en somme.

Naples, irrésistible

Ces dernières saisons, on avait plutôt l'habitude de voir la Juventus Turin trôner fièrement. Mais, depuis août, la première place est trustée par Naples, auteur d'un début de saison canon, matérialisé par huit succès en autant de sorties et des statistiques qui en disent long sur sa domination. Offensivement, le Napoli est tout bonnement irrésistible : 26 buts marqués, ce qui donne une moyenne invraisemblable de 3,25 buts par match. Seule ombre au tableau ? En Ligue des Champions, ça se passe nettement moins bien : deux défaites sur la phase aller (face à Manchester City et le Shakhtar Donetsk).

L'Inter, la solidité retrouvée

L'Inter Milan revendique presque un parcours aussi idéal que son adversaire de samedi soir : il a simplement concédé un nul (face à Bologne) et gagné tout le reste. L'Inter reste surtout sur une victoire probante face à l'AC Milan, ce qui a permis de conforter ses ambitions s'articulant, avant tout, autour de la volonté de retrouver la Ligue des Champions. Pour ce faire, Luciano Spalletti peut compter sur un Mauro Icardi en pleine lévitation (9 buts en 8 matches). "A son âge, c'est incroyable comme il porte l'équipe. Il a des épaules très larges, qui me rappellent Ibrahimovic. C'est un attaquant qui a compris comment aider l'équipe" loue son coach.

Un choc entre invaincus

Naples et l'Inter Milan, si proches soient-ils au classement, n'affichent pas vraiment le même rendement (l'Inter a inscrit 9 buts de moins). C'est donc un choc entre la flamboyance napolitaine d'un côté et la solidité intériste de l'autre. Quoi qu'il en soit, l'ambiance promet d'être bouillante à San Paolo samedi soir au regard de l'enjeu. Malheur au vaincu et que le meilleure gagne.


Plus d'actualité