Trop facile pour l'Argentine

Voir le site Téléfoot

Trop facile pour l'Argentine
Par Maxime DUPUIS (à Johannesburg)|Ecrit pour TF1|2010-06-27T21:00:03.000Z, mis à jour 2010-06-27T21:00:03.000Z

Lionel Messi, le niveau du Mexique et l'erreur d'arbitrage de M. Rosetti ont été au coeur des questions que vous avez posées à notre envoyé spécial à Johannesburg. Il a constaté que la sélection d'Amérique centrale n'avait pas été en mesure d'offrir une opposition consistante à l'équipe de Maradona.

Joubert8 : l'Argentine n'a pas semblé peiner pour sortir le Mexique ?
Pour la dixième fois de suite en Coupe du monde, l'Argentine est sortie invaincue d'une partie. A Soccer City, les joueurs de Diego Maradona ont fait le travail et, aidés il est vrai sur les deux premiers buts (par l'arbitre et Osorio), éliminé le Mexique sans réellement se faire mal. C'est du moins l'impression que l'on a eue. Lionel Messi, en position axiale et derrière les deux pointes, a fait son match. Même chose pour ses partenaires, qui ont semblé "faciles". On attend désormais le quart de finale face à l'Allemagne - remake de 2006, là aussi - pour se faire une idée plus précise de la puissance de tir de cette équipe, qui semble néanmoins parée pour aller très loin.


JeanP : Comment a été Lionel Messi ? Il n'a toujours pas marqué durant cette Coupe du monde...
Lionel Messi n'a pas marqué, c'est vrai mais aurait cependant pu débloquer son compteur en fin de match sur une belle action individuelle. Le Barcelonais a réussi une partie très honorable et été à l'origine du premier but. Aligné en véritable numéro 10 derrière la paire Higuain - Tevez, le Barcelonais a fait le travail dans l'intervalle et mis plusieurs fois les défenseurs mexicains au supplice, ceux-ci étant parfois obligés de mettre le pied pour stopper l'Argentin (5 fautes subies). Plus effacé en seconde période, à l'image de son équipe qui s'est logiquement relâchée alors qu'elle menait 3-0, le Ballon d'Or 2009 a géré dans l'attente de batailles bien plus âpres. Et ceci dès le prochain tour face à l'Allemagne.


Mick : Ce Mexique-là n’a rien à voir avec celui qu’a joué la France, si ?
Dans un premier temps, on a cru que le Mexique allait faire bonne figure face à l'Argentine. L'entame de match des hommes de Javier Aguirre a été honnête avec, en point d'orgue, une frappe sur la barre de l'excellent Salcido. Malheureusement pour eux, les joueurs d'Aguirre semblent s'être noyés lorsque l'Argentine a ouvert le score sur un but de Tevez qui n'était pas valable. Les Mexicains ne se sont jamais remis de ce coup du sort. Le deuxième but encaissé par Perez, qui est intervenu sur une passe malencontreuse d'Osorio, étant l'illustration ultime de ce naufrage. Avant le match, Rafael Marquez regrettait l'état d'esprit pessimiste de ses compatriotes et les complexes qu'ils font en général. Le match de ce soir ne lui a pas donné tort. Contre la France, les Mexicains n'avaient pas eu à douter, l'opposition étant trop faible.


Les Mexicains n'ont fait qu'une chose : frapper de loin...
Ce n'est pas totalement faux. Et certaines tentatives ont été plutôt intéressantes, notamment celles de Salcido, qui a décidément une belle frappe de balle. En revanche, tirer de loin est souvent synonyme d'impuissance. C'est ce que l'on a ressenti dimanche soir lors de ce huitième de finale. Lors des rencontres précédentes, face à la France et l'Afrique du Sud, surtout, les Mexicains avaient développé du jeu sur les côtés avec la paire Dos Santos - Vela. Blessé lors de la première période face aux Bleus mais remis, c'est en tout cas ce que disait Aguirre samedi, Carlos Vela n'a pas joué. Bautista et Barrera se sont partagés le temps de jeu. Avec peu de réussite. En pointe, Javier Hernandez avait été préféré à Guillermo Franco. Il a fini par trouver la faille (dans la surface) mais bien trop tard. Javier Aguirre a perdu son pari.


Sgh25 : Ce match a mis aux prises deux équipes en qui personne ne croyait vraiment avant la Coupe du monde. Diego Maradona a été rabaissé par toute la presse de son pays et le Mexique était éliminé en poules avant même d'avoir mis un pied en Afrique du Sud...
C'est une manière de voir les choses et ce huitième de finale, remake de la dernière Coupe du monde. Il est vrai que Diego Maradona a dû essuyer d'énormes critiques depuis sa prise de fonctions. La phase éliminatoire a été extrêmement difficile pour l'Argentine et son sélectionneur. Mais la Coupe du monde est une autre histoire. Samedi en conférence de presse, El Pibe de Oro a demandé à la presse de s'excuser auprès de ses joueurs pour toutes les critiques émises avant la compétition. Concernant le Mexique, est-ce vraiment une surprise de retrouver la sélection "tricolor" à ce niveau ? Non. Lors des quatre dernières Coupes du monde, les Mexicains ont toujours passé le premier tour. Mais à chaque fois buté en huitième de finale. Cependant, que ce soit en 1994 (Bulgarie), en 1998 (Allemagne), en 2002 (Etats-Unis) et en 2006 (Argentine), les bourreaux du Mexique ne se sont jamais baladés. C'était vrai avant ce dimanche.


Bow14, cette Coupe du monde est totalement bâclée ! Que de fautes d'arbitrage...
Cette journée a été très "gâtée" en fautes d'arbitrage. Et on ne reviendra pas sur celle de cet après-midi... Lors d'Argentine - Mexique, l'ouverture du score de l'Albiceleste a été obtenue sur une tête de Tevez. Ce dernier poussant dans le but un petit lob de Messi. Problème, au moment où Messi frappait le ballon, son coéquipier était en position de hors jeu. Faut-il, comme une partie d'entre vous le fait, crier au complot ou à l'arnaque ? Non. Le Mexique aurait aussi pu profiter d'une telle erreur, encore eut-il fallu qu'il se montre plus dangereux... Maintenant, une chose est certaine : le jeu va bien trop vite et le hors jeu est, par essence, une règle impossible à gérer pour un être humain normalement composé. C'est aussi simple que cela. D'où le besoin d'en venir à la vidéo au plus vite.