Il faut sauver le soldat Gourcuff

Voir le site Téléfoot

Il faut sauver le soldat Gourcuff
Par Maxime DUPUIS, envoyé spécial|Ecrit pour TF1|2010-06-15T01:45:02.000Z, mis à jour 2010-06-15T01:45:02.000Z

Repositionné dans l'axe face à l'Uruguay (0-0), Yoann Gourcuff n'a pas tiré son épingle du jeu. La faute à son rendement mais aussi à une relation inexistante ou presque avec un Nicolas Anelka qui ne fait pas beaucoup d'efforts pour changer la donne. Il faut régler le problème avant le Mexique.

Yoann Gourcuff est un bon gars, poli et bien élevé. Et, accessoirement, plutôt beau gosse. Ce qui n'arrange rien à l'affaire. Du moins en équipe de France. Avec les Bleus, meneur de jeu a perdu ses marques. Pour de raisons liées à son rendement,c 'est une évidence. Il n'a pas réussi une grande saison 2009/2010 et n'est guère meilleur avec les Bleus ces temps-ci. Mais le Bordelais est aussi victime d'un environnement peu favorable à son égard. Disons-le carrément, la personnalité de Yoann Gourcuff ne colle pas tellement à celle d'une bonne partie des cadres de l'équipe de France. Si Jérémy Toulalan l'apprécie et peut être considéré comme l'un de ses proches chez les Bleus, le Breton ne nourrit pas de relations approfondies pas avec tout le monde.


Ce qui se conçoit dans la vie est plus gênant sur un terrain de football. Vendredi face à l'Uruguay, Yoann Gourcuff a joué en position de meneur axial et s'est senti plus "sécurisé" que lors des matches de préparation, durant desquels il évoluait en position de milieu axial droit, mais sa prestation n'a pas été brillante. Personne n'osera avancer le contraire. A sa décharge, le numéro 8 des Bleus n'a pas été aidé par ses partenaires, Nicolas Anelka en tête. La relation entre les deux hommes a été quasiment inexistante. Le second oubliant souvent le premier. Simple fait de match ou attitude délibérée ?


"Une même polémique avec Zizou et Titi..."


Interrogé dans l'émission Téléfoot, le principal intéressé élude la question : "Il y a des matches où ça se passe moins bien. A nous de faire la différence collectivement. A moi de bouger et si je peux libérer des espaces pour les autres joueurs." Yoann Gourcuff est-il bien dans ses baskets en équipe de France ? "Oui, tout va bien. Je me sens bien", répond-il laconiquement. On en saura pas plus. Et pas question de compter sur Eric Abidal, venu dimanche en conférence de presse pour lâcher le morceau : "Il n'y pas que "Yo" qui est là pour jouer avec Anelka. A une époque, on a tenté de monter une même polémique avec Zizou et Titi..." Circulez, il n'y a rien à voir.


Le problème pourrait trouver un début de solution face au Mexique si Raymond Domenech décidait de modifier ses plans. L'hypothèse est plausible. Des deux joueurs, Nicolas Anelka est le plus menacé, après quatre prestations qui ont accouché d'aucune frappe cadrée. Personne n'a réclamé sa tête mais certains internationaux ont émis l'envie de voir Thierry Henry retrouver la place de titulaire qui était la sienne avant le début de la préparation. Yoann Gourcuff pourrait alors bénéficier d'une nouvelle chance avec un autre partenaire offensif. Auteur d'un bon coup franc face à l'Uruguay et pas grand chose à côté, le Bordelais n'aurait alors plus d'excuse pour offrir si peu aux Bleus. Gourcuff doit briser l'armure, sortir de sa coquille et s'affirmer. Son avenir immédiat en dépend. L'équipe de France aussi. Bon gars, poli et bien élevé, cela ne signifie pas forcément effacé.