Dans l'actualité récente

FC Barcelone : Suarez et Neymar coupables de grossièreté

Voir le site Téléfoot

error
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-10-01T14:39:38.975Z, mis à jour 2016-10-01T14:39:52.392Z

Mis en difficulté par le Borussia Mönchengladbach cette semaine en C1 (1-2), les joueurs barcelonais se sont laissés aller à quelques gestes de nervosité sur le terrain. Neymar et Suarez ont, eux, opté pour la vulgarité envers le corps arbitral.

Brillants balle au pied, Neymar et Luis Suarez ont encore quelques leçons à apprendre quand il s'agit de s'adresser au trio arbitral.

Le document : Luis Suarez, la troisième étoile du Barça

Les Barcelonais contrariés

Le Barça a vécu une soirée difficile en Rhénanie, mercredi. La faute à une équipe du Borussia Mönchengladbach particulièrement coriace, les Allemands faisant longtemps la course en tête avant de céder en dix minutes au cœur de la seconde période grâce à Arda Turan puis Gerard Piqué. Cela a certainement rajouté à la nervosité qui habitait certains joueurs du FC Barcelone. A commencer par Neymar et Luis Suárez.

Suarez et Neymar dépassent (encore) les bornes

Les deux stars de l'attaque catalane se sont permis quelques débordement oraux peu glorieux à l'encontre du corps arbitral. Des dérapages qui n'ont pas échappé aux chaînes de télévision ibériques, toujours prêtes à décortiquer chaque action. Pour une simple touche accordée au Borussia M’Gladbach, alors que Suárez estimait qu’elle devait être catalane, l’Uruguayen a lâché un savoureux « la concha de tu madre, payaso » ( « la chatte à ta mère, bouffon » ) à l’arbitre de touche.

Son compère brésilien a lui aussi tenu à participer à la soirée gros mots, puisqu'après une faute non-sifflée en sa faveur il a lancé un « claro, claro, vete a tomar por culo » ( « mais oui, c’est ça, va te faire enculer » ) à l’arbitre du match, Damir Skomina. Une réaction synonyme de  carton jaune pour le Brésilien, son second cette saison. Des écarts de comportements que la pelouse dont les deux stars du ballon rond sont un peu trop souvent coutumiers. Images à l'appui.