Le FC Barcelone attend toujours Rossi et Fabregas

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-06-14T12:29:00.000Z, mis à jour 2011-06-14T15:54:19.000Z

Le recrutement prévu par le FC Barcelone est entravé par les clubs propriétaires de ses cibles. Arsenal pour Cesc Fabregas, Villareal pour Giuseppe Rossi. Mais les joueurs sont convaincus...

Parce que la meilleure équipe de club de tous les temps (selon certains) ne peut se contenter que du meilleur, le FC Barcelone se montre très ambitieux sur le marché des tranferts. Une ambition qui coûte très cher.


La première cible prioritaire de Pep Guardiola, déjà évoquée ici à maintes reprises, serait Cesc Fabregas, le milieu d'Arsenal. Capitaine et leader technique incontournable de l'équipe londonienne, il devrait pourtant quitter la perfide Albion pour revenir en catalogne, dans son illustre club formateur. Arsène Wenger lui-même est dans l'incertitude : « Pour moi, Fabregas est à Arsenal pour longtemps et il va rester. Mais des fois il arrive que la rumeur fasse le transfert » (The Sun).




Wenger sait peut être que l'espagnol ne renoncera pas à un retour au pays un deuxième été de suite. Fabregas est attiré par l'intérêt marqué du Barça, mais Arsenal n'est pas encore d'accord sur le prix du transfert. Les anglais réclameraient 40 millions d'euros , alors que les catalans n'en proposent (pour l'instant) qu'une trentaine. On sait le FC Barcelone plus proches de ses sous qu'à l'accoutumée (dette colossale oblige), mais on les voit mal abandonner sur ce dossier.






Comme Fabregas, Giuseppe Rossi, l'attaquant vedette de Villareal, souhaite rejoindre la constellation de Pep Guardiola. Comme Fabregas, son club n'est pas disposé à le lâcher pour une somme raisonnable. Le président du « sous-marin jaune » a ainsi refusé une première offre de 20 millions d'euros (+ bonus) pour fixer la barre à 30 millions d'euros. L'italo-américain veut donc mettre la pression sur son club et Roig, son président pour qu'ils fassent un effort et facilitent son départ.


Dans sa course aux étoiles, le Barça utilise donc le même procédé qu'avec Javier Mascherano : convaincre le joueur pour mettre le club sous pression. Le « jefecito » (« petit chef ») avait même mis de sa poche pour rejoindre le Camp Nou...