Dans l'actualité récente

Le FC Barcelone en Ligue 1 ? Manuel Valls aurait dit oui !

Voir le site Téléfoot

error
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2015-10-28T14:40:18.044Z, mis à jour 2015-10-28T14:44:31.652Z

Des déclarations prêtées à Manuel Valls sont en train d’enflammer la presse espagnole. Le Premier ministre français aurait donné sa bénédiction pour que le FC Barcelone rejoigne la Ligue 1.

Le mois dernier, le président de la Ligue professionnelle de football espagnole, Javier Tebas, expliquait que le FC Barcelone pourrait être exclu de la Liga, en cas d’indépendance de la Catalogne. Manuel Valls aurait profité de l’occasion pour rappeler son attachement à la région, et entrouvrir la porte aux Catalans pour jouer en Ligue 1.

 « Après tout, Monaco y joue »

Dans le magazine Challenges du 1er octobre dernier, Nicolas Domenach rapporte des propos qu’aurait tenus Manuel Valls, à propos du FC Barcelone. Pour le Premier ministre français, l’équipe espagnole pourrait jouer en Ligue 1 : « Après tout Monaco y joue, et bien… Quand j’étais adolescent, en août 1975, quelques semaines avant la mort de Franco, je me souviens de l’incroyable atmosphère qu’il y avait au Camp Nou. L’histoire du Barça n’est pas seulement liée au football. Je suis un grand fan de football, un supporteur du Barça. C'est dans mes veines. Les Français le savent et m’en parlent même dans la rue. » En juin dernier, Manuel Vall s’était rendu à Berlin avec ses enfants assister à la finale de Ligue des Champions entre la Juventus Turin et le FC Barcelone. Il avait alors fait le déplacement à bord d'un Falcon de la République, ce qui avait créé la polémique.



La presse espagnole s’enflamme

Face aux supposées déclarations de Manuel Valls, la presse ibérique n’a pas tardé à s’enflammer. AS en a fait sa Une, tandis que Marca a publié un article. L’ambassade de France en Espagne a donc dû réagir. « Les paroles attribuées au Premier ministre sont une interprétation erronée ou une fausse déclaration », a expliqué une porte-parole à la chaîne Efe. Outrés, les médias espagnols ont confié que le Premier ministre n’avait pas à tenir un tel discours. Qu’ils se rassurent, ce n’est pas à Manuel Valls de décider, mais bien à l’UEFA et à la FIFA.