FC Barcelone : suite du feuilleton Fabregas

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-08-03T12:52:00.000Z, mis à jour 2011-08-03T12:58:38.000Z

Cesc Fabregas est encore au centre de toutes les attentions. Arsenal voudrait le voir poser pour la photo officielle, alors que le club d'Arsène Wenger négocie son transfert avec le FC Barcelone.

Comme l'année dernière, le champion du Monde et d'Europe Cesc Fabregas est annoncé au FC Barcelone. Mais comme l'année dernière, Arsenal rechigne à le laisser retourner dans son club formateur...

Puisqu'Arsène Wenger le considère comme un joueur d'Arsenal pour la saison prochaine, il a demandé à l'espagnol d'être présent pour la photo officielle du club, ce mercredi. Deux clichés devraient être pris, l'un avec le capitaine Fabregas, l'autre sans. Arsenal n'écarte donc pas la possibilité de le voir rester en Angleterre, malgré les annonces venues de catalogne. A noter que Samir Nasri, lui aussi annoncé sur le départ, figurera aussi sur la photo.


Pep Guardiola l'a dit lui-même en conférence de presse : « Il me faudrait encore une recrue, vous savez tous qui c'est ». Le Barça négocie donc activement avec Arsenal. Selon la presse espagnole, les discussions porteraient actuellement sur les bonus inclus : le Barça offrirait 34 millions d'euros d'indemnité à Arsenal, avec 6 millions de bonus divers. Les catalans et leurs finances « précaires » parviendraient donc aux 40 M€ demandés par les Gunners.







Frustré par l'issue malheureuse des négociations la saison dernière, Fabregas serait prêt à d'importantes concessions pour rejoindre « son » club : une réduction de salaire d'1 million d'euros par an par rapport à ses émoluments Londoniens. Les 5 millions d'euros économisés sur 5 ans permettraient de financer en partie son arrivée. Selon El Mundo Deportivo, le président Sandro Rosell l'aurait contacté ce mercredi par SMS pour le rassurer sur l'issue des négociations.


Un retour de Cesc Fabregas au Barça n'a peut être jamais été aussi proche de se concrétiser. Et pourtant, on a peine à croire que ce feuilleton interminable touche à sa fin...