Le FC Barcelone tiraillé par le conflit autour du référendum sur l'indépendance catalane

Voir le site Téléfoot

Gerard Piqué (FC Barcelone) et Sergio Ramos (Real Madrid)
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2017-10-02T12:28:24.479Z, mis à jour 2017-10-02T12:45:34.189Z

Durant le week-end, de violents heurts ont émaillé le référendum sur l'indépendance de la Catalogne. Le FC Barcelone, pris dans la polémique, doit adopter une position délicate : celle d'un club fier de son identité mais aussi fleuron de l'Espagne.

Dimanche, le FC Barcelone a conforté sa place de leader du championnat d'Espagne en battant Las Palmas (3-0) grâce à Sergio Busquets et Lionel Messi, auteur d'un doublé. L'Argentin est devenu le 3e joueur le plus capé de l'histoire du club; avec 594 matches, il est désormais devant Carles Puyol et n'est plus devancé que par Andrés Iniesta et Xavi. Le Barça, enfin, poursuit son sans-faute avec 7 victoires en 7 matches.


Pourtant, en Espagne, les prouesses du FC Barcelone ne font pas la une des journaux ce lundi. L'Espagne est encore sous le choc des violents heurts qui ont émaillé le référendum d'autodétermination de la Catalogne. Le pouvoir espagnol avait interdit cette consultation. Des affrontements ont éclaté dans plusieurs bureaux de vote. D'après les autorités catalanes, 844 personnes ont été blessées.

Piqué : "Le match le plus difficile que j'aie joué"


Le FC Barcelone n'est pas resté insensible à cette situation. Pour protester contre les débordements, le club voulait reporter le match contre Las Palmas, mais face au refus de la Ligue espagnole, le Barça a décidé de jouer à huis clos. Durant le match, le mot "Démocratie" a été affiché sur un écran géant. Gerard Piqué, pur Catalan, est apparu très marqué, en larmes même après la rencontre, en pensant aux blessés. "Ce fut le match le plus difficile que j'aie joué. (...) Ce fut une journée du, les images de la police et de la Guardia civile parlent d'elles-mêmes. Je suis et je me sens Catalan, aujourd'hui plus que jamais. (...) Le droit de vote doit être défendu", a-t-il déclaré.

Piqué prêt à renoncer à la Roja


Le défenseur central a même ouvert la porte à la fin de son histoire avec la sélection espagnole: "Je pense que je peux continuer à jouer avec l'équipe nationale car beaucoup de personnes en Espagne sont en désaccord avec ce qui s'est passé et croient en la démocratie. Mais si le sélectionneur ou la Fédération pense vraiment que je suis un problème, alors je me retirerai et quitterai la sélection avant 2018."

Entre indépendance et maintien, le Barça tâtonne


Ce lundi, au lendemain d'une journée qui a un peu plus divisé la Catalogne et l'Espagne, le Barça a de nouveau marqué le coup : tous ses employés ont cessé de travailler, à 12h00, pendant 15 minutes. Là encore, cette action n'a pas pour but de soutenir une position arrêtée sur la question de l'indépendance de la région. Il s'agissait encore d'un message pour "condamner l'usage de la violence pour empêcher l'exercice des droits démocratiques et la liberté d'expression" du peuple catalan.

Cela n'enlève rien à la situation difficile dans laquelle se trouve le FC Barcelone. Sport et politique ne font pas toujours bon ménage, et encore moins sur un sujet aussi épineux. La présence de Catalans revendiqués comme Piqué au sein de l'équipe d'Espagne a elle aussi déjà fait débat. Pour le Barça, l'indépendance de la Catalogne - qui n'est pas pour tout de suite car le gouvernement espagnol ne reconnaît pas ce référendum - aurait de grosses conséquences. Les Blaugrana seraient-ils contraints de quitter le championnat d'Espagne? Si oui, dans quelle ligue évoluerait-il alors? L'indépendance est, décidément, un sujet bien délicat à trancher.