FC Nantes: Ranieri confirme son intérêt pour la Squadra azzura

Voir le site Téléfoot

RTX3DF6S
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2018-02-21T10:26:03.825Z, mis à jour 2018-02-21T13:43:52.264Z

Dans une interview pour Sky Sports Italia, entraîneur italien n’a pas caché son envie de diriger l’Italie si le poste lui était proposé par la Fédération italienne de football.

Auteur d'une belle saison à la tête du FC Nantes (5e), Claudio Ranieri pourrait quitter les rives de la Loire si l'Italie faisait appel à lui.

L'Italie cherche un sélectionneur

Depuis sa non qualification pour le Mondial 2018 et le départ de Giampero Ventura en novembre 2017, la Squadra azzurra n'a plus de sélectionneur. Luigi Di Biagio a été nommé par intérim pour les deux matches amicaux de mars, contre l'Argentine (le 23) et l'Angleterre (le 27), par la Fédération italienne (FIGC) qui, elle-même, n'a plus de président mais un administrateur à sa tête. C'est ce dernier qui devrait annoncer d'ici le mois de juin le nom du nouveau sélectionneur de la Squadra azzura.

Ranieri prêt à quitter le FC Nantes

Si plusieurs noms circulent, une candidature est venue officiellement allonger la liste. Claudio Ranieri, l'entraîneur du FC Nantes n’a en effet pas caché son envie de prendre les rênes de la sélection. "Tout entraîneur italien voudrait entraîner l’équipe nationale italienne, a admis le technicien transalpin au micro de Sky Sport. J’ai un contrat de deux ans avec Nantes, je n’ai pas eu de contacts donc je ne peux rien dire mais si j’avais une demande, j’irais demander au président de me libérer du club." Une candidature pas vraiment surprise si on se rappelle les déclarations du technicien transalpin de novembre dernier. "Être appelé par la Fédération italienne serait un véritable honneur, mais j’ai un contrat avec Nantes (...) Je n’accepterais pas sans connaître les détails du projet, surtout dans une période avec autant d’incertitudes. Si le président Kita devait me libérer, il faudrait que je discute avec la Fédération. Pour que l’Italie renaisse de ses cendres, il faut du changement et une volonté d’être uni dans le même projet."

Balotelli pourrait en profiter

Si l’ancien coach de Leicester venait à s’installer sur le banc de la Nazionale, cela pourrait coïncider avec le retour de Mario Balotelli pour qui Ranieri, toujours au micro de Sky Sports, n’a eu que des mots positifs : "Mario a beaucoup de qualités, a-t-il poursuivi. Il peut encore donner beaucoup à l’équipe nationale. En France, il a une équipe avec beaucoup de potentiel, ils jouent très bien, avec la possession du ballon. Il sait comment conclure avec le peu d’occasions qu’il a." Pour rappel, l'Italie avait dû passer par les barrages mais n'était pas parvenue à se qualifier pour la prochaine Coupe du monde en Russie (14 juin-15 juillet). Dans la foulée, Giampiero Ventura, critiqué pour ses choix, avait été démis de ses fonctions par la Fédération italienne de football. Depuis, le poste de sélectionneur est vacant.

Kita ne s'y opposerait pas

En marge d'une conférence sur l'ouverture de la phase de concertation publique pour le projet urbain Yellopark avec son nouveau stade, le président nantais Waldemar Kita a réagi aux déclarations de son entraîneur: "Si la situation se présentait, ce qui n'est pas le cas, j'en discuterais bien sûr avec lui car c'est un monsieur qui a une expérience énorme au niveau du foot international, et je comprendrais d'une certaine façon qu'une fin de carrière de haut niveau se termine sur une opportunité qui ne se représentera pas deux fois. Donc il faudrait qu'on analyse la chose, voir comment on peut s'organiser pour ne pas laisser le club dans une situation difficile le jour où ce serait décidé, mais pour l'instant, ce n'est pas le cas, il y a plusieurs candidats. Après, prendre une équipe de son pays, c'est un rêve pour tout entraîneur et je n'aime pas freiner la carrière de quelqu'un. Il faudrait s'adapter, ce qu'on sait faire."

en savoir plus : Equipe d'Italie de Football