Dans l'actualité récente

FC Séville : Carlos Bacca, ancien pêcheur à héros de la Ligue Europa

Voir le site Téléfoot

error
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2015-05-28T08:26:28.254Z, mis à jour 2015-06-28T09:23:40.111Z

Mercredi soir, Carlos Bacca a brillé de mille feux en finale de la Ligue Europa et a remporté la compétition. Tout n’a pourtant pas été simple dans la vie du Colombien, qui était notamment pêcheur et conducteur de bus.

Si l’Europe ne le connaissait pas encore, elle l’a découvert mercredi soir. En finale de la Ligue Europa contre le Dnipropetrovsk, Carlos Bacca a éclaboussé de sa classe la rencontre. Le Colombien a inscrit un doublé, et a permis à Séville de remporter sa deuxième Ligue Europa consécutive. Une consécration pour Bacca, qui, il y a moins de dix ans, arpentait encore les routes colombiennes en bus pour subsister. S’il n’était pas destiné à devenir un maestro du ballon rond, Carlos Bacca a fait un sacré pied de nez au destin.

Pêcheur et conducteur de bus

La vie de Carlos Bacca pourrait faire l’objet d’un film. Un long-métrage dans lequel la situation initiale n’est pas idéale, loin de là. Un scénario dont le rêve est trop grand pour être accompli par un seul homme. Natif de Barranquilla, la ville qui a révélé Shakira, Carlos Bacca entretient l’espoir de devenir joueur de football professionnel.

Il fait alors ses classes à l’Atlético Junior, un club de première division colombienne. De 2006 à 2011, il roule sa bosse entre Barranquilla et Minervén au Venezuela, prêté par l’Atlético. Il ne parvient pas à avoir le statut de professionnel, et est alors contraint de faire des petits boulots à côté pour subsister.

« A 20 ans, je vivais dans mon village, Puerto Colombia, travaillant comme assistant d’un chauffeur de bus. La vie était loin d’être facile. Ensuite, j’ai dû travailler comme collecteur de tickets de bus, car je viens d’une famille pauvre et je devais gagner de l’argent pour les aider. Les portes du football étaient fermées pour moi pour quelques temps, et à mon âge, ce n’était plus quelque chose sur lequel je pouvais compter. Mais cette année, j’ai fait un test avec les jeunes de Barranquilla, et merci Dieu ils m’ont pris »
, racontait Carlos Bacca en 2013 dans les colonnes de Marca.



En parallèle, Carlos Bacca continue ses périples dans les bus et arpente chaque jour les 20 kilomètres reliant Baranquilla et Puerto Colombia. Quand il n’était pas sur les terrains, le Colombien pêchait et vendait du poisson. « Je me suis relevé. Les braves ne sont pas ceux qui se laissent couler, mais ceux qui se relèvent plus forts », expliquait-il.

La consécration à Bruges

A 22 ans, Carlos Bacca obtient enfin le statut de joueur de football professionnel. Entre temps, il marque entre 10 et 15 buts par saisons en Colombie. En 2012, il tape dans l’œil du FC Bruges, qui est prêt à miser sur lui. Il y passe deux saisons et inscrit la bagatelle de 31 buts en 54 rencontres. Lors de son deuxième exercice en Belgique, il fait trembler les filets à 25 reprises, et devient le meilleur buteur du pays.

Ses performances ne passent pas inaperçues du côté de Séville, qui met huit millions sur lui en 2013, un record pour le FC Bruges. Malgré la concurrence de Kévin Gameiro, c’est le Colombien qui s’impose à la pointe de l’attaque espagnole. Dès lors, Carlos Bacca connait son envol.

Le match référence contre le Real Madrid

Véritable buteur, Carlos Bacca se fait un nom le 26 mars 2014, lors d’une opposition contre le Real Madrid, alors premier de Liga. Le Colombien inscrit un doublé et permet à Séville de remporter la rencontre 2-1. Les 45 000 spectateurs du Sanchez Pizjuan se lèvent et lui offrent une ovation bien méritée. La même saison, il remporte une première Ligue Europa avec les Andalous.

« J’ai réussi à aider l’équipe »

Malgré des prestations exceptionnelles, Carlos Bacca garde la tête froide et n’oublie pas d’où il vient. Face au Dnipro mercredi soir, il attire tous les projecteurs sur lui. Avec un doublé, il offre à Séville sa deuxième Ligue Europa consécutive, la quatrième de l’histoire. Au sortir de la rencontre, il était forcément ému : « Je profite de l’instant. J’ai réussi à aider l’équipe avec mes deux buts, mais ce qui compte toujours c’est l’objectif final. Je dédie cette soirée à Dieu, à ma famille, ma femme et mes enfants, qui sont ma bénédiction. »


A 29 ans, Carlos Bacca marche désormais sur les traces de Radamel Falcao. Le Colombien intéresse les plus grands clubs, dont le Paris-Saint Germain.

A l'instar de Carlos Bacca, Dimitar Berbatov a une histoire insolite. Téléfoot s'était penché sur son cas :


Comme Carlos Bacca, Carlos Tévez est issu d'une famille pauvre :