Fiasco : la séance est ouverte

Voir le site Téléfoot

Fiasco : la séance est ouverte
Par Cédric ROUQUETTE|Ecrit pour TF1|2010-06-29T22:30:03.000Z, mis à jour 2010-06-29T22:30:03.000Z

L'équipe de France à l'Assemblée nationale ! Mardi et mercredi, la commission des Affaires culturelles va procéder à deux auditions, dont celle de Jean-Pierre Escalettes, après l'échec en Afrique du Sud. Pourquoi ? Comment ? Quelques clefs pour comprendre.

QUE VA-T-IL SE PASSER ?

Mardi à 18 heures, et mercredi à 11 heures, Roselyne Bachelot et Jean-Pierre Escalettes seront auditionnés " sur les résultats de l'équipe de France de football lors de la coupe du monde de la FIFA 2010", comme l'indique l'intitulé de l'audition. Le fiasco des Bleus est devenu une cause nationale, et c'est en réalité moins les résultats qui glacent le sang de nos députés que l'image désastreuse donnée par le groupe avec sa grève de l'entraînement. La ministre de la Santé puis le président de la FFF, démissionnaire sous le regard insistant de son autorité de tutelle, répondront - pendant une durée qui ne devrait pas dépasser les deux heures - aux questions des 76 membres de la commission, où figurent entre autres la président Michèle Tabarot, l'ex-ministre des Sports Marie-Georges Buffet, le patron du groupe UMP Jean-François Copé et l'ex-champion de judo David Douillet.


C'EST GRAVE ?

Non. C'est une mesure de transparence démocratique comme il peut s'en prendre sur tous les sujets. Roselyne Bachelot devrait s'en servir comme d'une tribune pour justifier son chantier de rénovation de la gouvernance des fédérations sportives et préciser, peut-être, ce que seront les Etats généraux du football en octobre. Quant à Jean-Pierre Escalettes, il prononcera ses premières paroles publiques depuis l'annonce de sa décision de démissionner, qui sera entérinée vendredi. Preuve que la démarche n'a rien d'exceptionnel : le 31 mars dernier, Jean-Pierre Escalettes, Jean-Louis Valentin et Fernand Duchaussoy avaient déjà été entendus sur... " les grands thèmes qui concernent la Fédération", entre autres l'Euro 2016 et la sécurité. De belles paroles avaient été prononcées. "Contrairement à ce que dit mon ami Jean-Louis Triaud, cet encadrement (des Bleus) ne forme pas une armée mexicaine mais un environnement extrêmement professionnel, tel que Gérard Houiller n’en a pas connu dans les clubs où il a officié." Parole de Jean-Pierre Escalettes.


EST-CE DE L'INGÉRENCE POLITIQUE ?

Il est peu probable que la FIFA, qui a tiqué après les déclarations de Roselyne Bachelot, s'insurge à nouveau d'un tel processus, qui vise à comprendre comment la France a pu ainsi se fourvoyer. Elle serait probablement plus sensible au déclenchement d'une commission d'enquête parlementaire, idée lancée par deux députés UMP (le vice-président de l'Assemblée, Marc Le Fur, et Philippe Meunier). Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, en a écarté l'idée et l'autorité de tutelle de la FFF n'y semble pas favorable. Si le conseil fédéral démissionne collectivement le 2 juillet, la FIFA sera plus attentive à ce que les élections et la désignation du successeur de Jean-Pierre Escalettes se fassent dans les règles. L'idée d'un candidat extérieur et parachuté par le ministère a circulé. Cela serait beaucoup plus grave aux yeux de la fédération internationale qu'une audition publique devant la représentation nationale.