FIFA : accusation de corruption pour l'attribution du Mondial

Voir le site Téléfoot

Christian Jeanpierre Sepp Blatter crédit PresseSports TF1
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2011-05-11T13:56:00.000Z, mis à jour 2011-05-11T14:34:01.000Z

Alors que la FFF se débat en plein scandale des quotas, la FIFA se trouve elle aussi sur le banc des accusés, mais pour une affaire de corruption. Les accusations sont portées par David Triesman.

Trouble sur l'attribution de la Coupe du Monde 2018 à la Russie. Selon David Triesman, qui avait monté la candidature de l'Angleterre, certains membres de la FIFA auraient demandé des cadeaux en échange de leur vote.



David Triesman, qui se trouvait à la tête de la candidature de l'Angleterre, visant à accueillir la Coupe du Monde 2018, accuse aujourd'hui plusieurs membres de la FIFA d'avoir réclamé de l'argent en échange de leur vote. Mis en cause : Nicolas Leoz (président de la Confédération sud-américaine), Jack Warner (président de la CONCACAF) et Ricardo Teixiera (président de la Fédération brésilienne).


En conférence de presse, Sepp Blatter a exprimé sa surprise devant ces accusations. Le président de la FIFA a ainsi déclaré : « Si c'est vrai, je me battrai contre cela. Je me bats pour la FIFA, pour assainir la FIFA. » Le patron de la Fédération internationale s'est dit « choqué » par ces révélations et précise qu'il faut « attendre de voir les preuves ».



Evidemment, la défense s'organise sur le thème des Anglais mauvais perdants, qui ne supporteraient pas de s'être fait souffler l'organisation de la Coupe du Monde 2018 par la Russie. David Triesman se voit déjà comparé à « un imposteur aigri ». Mais d'autres accusations du même genre pointent déjà l'attribution de du Mondial 2022 au Qatar.

Hasard ou coïncidence, ces révélations sortent dans les médias alors que l'élection du nouveau président de la FIFA aura lieu le 1er juin prochain.