La FIFA avance dans l'introduction de la vidéo

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Gwendoline NATALI|Ecrit pour TF1|2012-10-23T15:55:00.000Z, mis à jour 2012-10-23T15:59:02.000Z

La FIFA a signé ce mardi des contrats de licence avec les deux sociétés Hawk-Eye et GoalRef. Objectif introniser rapidement un procédé pour savoir si le ballon a franchi ou non la ligne de but. Un pas en avant vers l'introduction de la vidéo.

Qui a dit que la vidéo ne fera jamais son apparition dans le football ? Une aide technologique pour les arbitres devrait arriver prochainement pour savoir si oui ou non le ballon a franchi la ligne de but. Une première avancée dans le milieu du ballon rond.

La FIFA fait un pas en avant
Alors que le 5 juillet dernier, l'IFAB (International Football Association Board) a pris la décision historique d'autoriser l'utilisation de la technologie sur la ligne de but, la FIFA a accéléré le processus ce mardi. Deux sociétés spécialisées ont en effet signé des contrats de licence avec la Fédération. Elles sont donc habilitées à équiper tous les stades du monde de leur système, une installation qui couterait environ 200 000 euros. Cependant, avant d'être homologués pour les matches officiels, ces procédés devront se soumettre à un ultime test.


A l'essai depuis 2011
Le but de Frank Lampard injustement refusé lors de la Coupe du Monde 2010 (lors d'Angleterre-Allemagne) aura été un déclic. Depuis, la FIFA, part l'intermédiaire de son président Sepp Blatter, souhaite tout mettre en œuvre pour que cette erreur ne se reproduise plus. C'est pourquoi dès l'automne 2011 des essais rigoureux ont été réalisés aussi bien en laboratoire qu'en situation de match. La FIFA a été claire dans ces critères. Elle souhaitait par exemple que « l'information selon laquelle un but a été marqué ou non soit automatiquement transmise en l'espace d'une seconde. De plus elle doit être uniquement communiquée aux officiels de match ».

Hawk-Eye et GoalRef
Aujourd'hui, deux technologies répondent donc aux exigences de la FIFA. Tout d'abord, l'Anglais Hawk-Eye, déjà utilisé en tennis par exemple, qui consiste à exploiter des caméras pour savoir s'il y a but ou non. L'autre, le Danois GoalRef, utilise un champ magnétique dans les cages et nécessite un ballon spécial. Dans les deux cas, l'information est directement envoyée sur la montre de l'arbitre.

Les deux procédés seront introduits pour la première fois en compétition lors du Mondial des clubs au Japon (6 au 16 décembre prochain). L'objectif est d'expérimenté le procédé avant de l'utiliser lors de la Coupe du Monde 2014 au Brésil.