La FIFA réfléchit à la fin des prêts des joueurs

Voir le site Téléfoot

L'Italo-Suisse Gianni Infantino élu président de la Fifa
Par Julien Kobana|Ecrit pour TF1|2018-04-10T10:08:28.712Z, mis à jour 2018-04-10T10:09:30.105Z

L’information émane de la rédaction de France Football. Selon nos confrères la Fifa réfléchirait à en finir avec le système de prêts de joueurs dont certains clubs abusent un peu trop.

Depuis quelques mois, la Fédération Internationale de Football organise des réunions pour tenter d’aboutir à une nouvelle organisation des transferts. Les journalistes de France Football ont révélé quelques points intéressants nés lors de ces discussions, comme notamment une « régulation voire l’interdiction des prêts. »


Les jeunes joueurs victimes du système de prêts

Comme l’indique l’article de France Football, la FIFA réfléchit à une réforme du système des transferts. Plusieurs groupes de travail aidés par d’anciennes gloires du football comme les néerlandais Marco Van Baster et Edwin Van Der Sar, ou le Brésilien Cafu, s’interrogent sur la possibilité de mettre fin au système de prêts qui frappent surtout les jeunes joueurs

Achetés par des clubs, ceux-ci sont ensuite prêtés dans la foulée afin de gagner en expérience et en temps de jeu pour revenir plus expérimentés dans leur club d’appartenance… dans le meilleur des cas, sinon, ils peuvent être cédés, enchaîner les prêts ou laissés sans contrat. Et la multiplication de ces prêts au sein d'un même club inquiète les plus hautes instances du football.



La Juventus Turin, le pire élève du football européen

Pour mieux illustrer les mauvais effets de l’abus de prêts, la rédaction de France Football donne l’exemple de la Juventus Turin. Les champions d’Italie semblent avoir abusé des prêts de joueurs puisque rien que cette saison, la Vieille Dame compte 41 joueurs prêtés !

L’Italie semble être familière de ce procédé puisque derrière le club piémontais, l’Udinese occupe la deuxième place de ce classement avec 27 footballeurs prêtés à d’autres formations. En Angleterre, cette dérive est aussi bien utilisée comme le montrent Chelsea (22 footballeurs en prêts) et Manchester City (18).


Juventus championne d'Italie