Fifa : Sepp Blatter prêt à instaurer la vidéo dans le football

fifa-sepp-blatter-pret-a-instaurer-video-football-5857317
Après avoir fait part de sa volonté de se présenter pour un cinquième mandat à la présidence de la FIFA, Sepp Blatter a indiqué lundi qu'il voulait tester la vidéo dans le football.
Voilà une mauvaise nouvelle pour Michel Platini et beaucoup d'observateurs du monde du football. Présent à Manchester via vidéotransmission lundi dans le cadre du salon Soccerex, Sepp Blatter a annoncé vouloir introduire la vidéo dans le football.

« Remettre en cause une décision de l'arbitre »
En juin dernier, à Sao Paulo, Sepp Blatter, le président de la Fifa, avait exprimé sa volonté d'utiliser le ralenti vidéo durant les matches de football. Lundi, le Suisse a fait un nouveau pas vers cette révolution. Dans un discours assez trouble, il a indiqué comment les entraîneurs pourraient contester les décisions arbitrales : « Les entraîneurs auraient le droit, une ou deux fois par mi-temps, de faire appel à la vidéo pour remettre en cause une décision de l'arbitre, mais seulement quand le jeu est arrêté. »

Un processus... compliqué
Si son discours manquait de clarté, le mode opératoire de la vidéo est tout aussi flou : « Ensuite, il doit y avoir un écran de télévision, et le match doit être filmé par la télévision. L'arbitre et l'entraîneur visionneraient ensuite une séquence, et l'arbitre pourrait être amené à revoir sa décision, comme c'est le cas dans le tennis, par exemple. » Une technique qui ne pourrait donc être utilisée que si la compétition concernée est entièrement filmée et retransmise à la télévision. Un premier test pourrait être effectué lors de la Coupe du Monde des moins de 20 ans l'année prochaine, en Nouvelle-Zelande.

La vidéo, une bonne chose pour le football ?
Après l'instauration de la technologie sur la ligne de but, la vidéo n'a donc jamais été aussi proche de faire son apparition sur les terrains de football. Un processus qui allongera à coup sûr la durée d'un match, et qui ralentira forcément le rythme. Si Sepp Blatter n'en a pas développé les modalités d'utilisation, que se passerait-il si un entraîneur contestait une position de hors-jeu, et que le joueur ne l'était pas ? L'action repartirait ? L'équipe concernée bénéficierait d'un coup franc ?

News associées