Finale Ligue Europa / Marseille, l'heure de briller est arrivée

Voir le site Téléfoot

RTS1PSJ9
Par Alexandre COIQUIL|Ecrit pour TF1|2018-05-16T17:14:50.075Z, mis à jour 2018-05-16T17:14:51.066Z

LIGUE EUROPA – Opposé à l’Atlético de Madrid en finale de la compétition, mercredi soir au Parc OL à Lyon (20h45), l’Olympique de Marseille peut devenir le premier club français à remporter la C3, vingt-cinq ans après avoir soulevé la première Ligue des champions de l'histoire du football héxagonal à Munich.

LE CONTEXTE

C’est le grand jour. Après avoir passé neuf mois à se battre sur tous les terrains d’Europe ou presque, l’Olympique de Marseille va savourer à nouveau les joies, mais aussi les affres, d’une finale de coupe d’Europe. La Ligue Europa n’est certes pas la Ligue des champions, mais pas grave, elle fera très bien l’affaire à un club qui en train de courir après son glorieux passé depuis un an et demi. Pour un projet jeune comme celui de Marseille, cette finale est une bénédiction. Arrive-t-elle trop tôt ? Peut-être, mais vu qu’on ne sait jamais quand on y revient, il faut en profiter.

La saison de l’OM s’est découpée en trois parties : des débuts diesel et difficiles pendant l’été, une crise sportive arrivée très tôt dans la saison, puis la reprise en main de son groupe par Rudi Garcia avec les résultats que l’on connaît. Sacrifiant son tant aimé 4-3-3, le technicien français, spécialiste de l’impact psychologique, une donnée qu’il avait parfaitement réussi à mettre en application à l’AS Rome, a attrapé ses hommes au bon moment, avant de les diriger dans le bon chemin. Un exercice de style complexe, aujourd’hui récompensé. L'art du management.

L’OM ne partira pas favori de sa cinquième finale européenne. Plus besoin de vous présenter l’Atlético de Madrid de Diego Simeone. Champion d’Espagne en 2014, vainqueur de la C3 en 2012, double finaliste malheureux de la Ligue des champions en 2014 et 2016, le club madrilène vit une période de stabilité sans précédent dans sa longue histoire, faite de "loose", de crises et de déception en tout genre. Ce que vit l’autre géant de Madrid depuis décembre 2011, c’est une antithèse de son histoire. 


Pourtant, tout n'est pas rose à Madrid. Simeone s'est battu avec ses dirigeants pour pouvoir récupérer Diego Costa l'été dernier, le nouveau stade est beau mais il n'a pas le charme et la structure du Vicente-Calderon. Le nouveau logo du club est, lui, sujet à des pétitions de groupes de supporters qui souhaitent son retrait immédiat. 


Sorti au premier tour de la Ligue des champions à l’automne, après avoir vécu un automne où la fin de cycle a fortement sonné, l’Atléti s’est remis dans le droit chemin, sur tous les plans deouis le mois de janvier. Retrouvant en Diego Costa un guerrier perdu dans la grisaille londonienne, Simeone a trouvé l’homme parfait pour refaire fonctionner sa machine faite d’intensité, de dévotion et de combat. Des données que son équipe n'a pas toujours été capable d'appliquer cette saison. Les mêmes qualités qui ont mené l’OM à Lyon Peut-être qu’au fond, l’Atlético a un petit côté OM en lui.




LES CHIFFRES A SAVOIR

5 – C’est la cinquième finale européenne de l’histoire de l’OM. Le club phocéen en a remporté une seule, la Ligue des champions 1993.


14 – C’est le nombre d’années qu’a attendu l’OM pour rejouer une finale européenne. C’est son délai d’attente le plus long depuis la toute première jouée à Bari en C1 lors de l’année 1991.


0/4 - En quatre confrontations, les clubs français ne sont jamais parvenus à dominer un rival espagnol en finale de coupe d'Europe. Le Stade de Reims a subi par deux fois la loi du Real Madrid en C1 (1956, 1959), le PSG celle du FC Barcelone en C2 (1997) et Marseille celle de Valence en C3 (2004).


5 – C’est le nombre de finales européennes disputées par l’Atlético de Madrid dans la décennie 2010. Le club rojiblanco, deux finales de C1 et trois de C3 au compteur, est tout simplement l’équipe qui a le plus jouée de finales dans cette décennie devant son rival de toujours, le Real Madrid (4 finales de C1).


LE FACE-A-FACE : 0-1

Ce sera la troisième rencontre européenne entre les deux clubs. Il faut remonter à une décennie et l’édition 2008/2009 de la Ligue des champions pour trouver traces des deux premiers duels.

Battu au Calderon à l'époque, Marseille n'avait pas pu gagner au Vélodrome.

- Atlético de Madrid / OM : 2-1

- OM / Atlético de Madrid : 0-0

ILS ONT DIT


Rudi Garcia (Olympique de Marseille)


"L'expérience est du côté de l'Atlético, ils ont joué trois finales ces six dernières années, ils arrivent de la Ligue des champions quand nous, on arrive des qualification de l'Europa League. Mais je n'oublie pas qu'on a des joueurs d'expérience aussi, vous en avez deux ici (Dimitri Payet et Steve Mandanda, ndlr), on a des joueurs qui ont gagné des Europa League, Adil Rami et Rolando, et une Ligue des champions aussi, avec Luiz Gustavo." 


"On a aussi des jeunes joueurs qui n'ont pas l'habitude de ces grand moments. Mais on en a discuté, il vaut mieux être serein, tranquille, ne pas faire le match avant. Il faut être présent à 20h45 et ensuite lâcher les chevaux, mais pas avant."


Diego Simeone (Atlético de Madrid)


"Ce sera une nouvelle finale à jouer. Il y a beaucoup de sentiments qui se mêlent mais nous sommes très humbles par rapport à cet événement. En face, il y aura un adversaire qu'il faudra tenter d'éteindre au niveau offensif. Marseille est une équipe bien préparée qui a livré une saison incroyable." 


"Je suis sûr que ce sera une belle finale entre deux équipes au jeu semblable, au jeu direct et une bonne circulation du ballon. Cela fait peut-être moins d'années que les joueurs de Marseille évoluent ensemble mais il y a des points communs avec notre équipe, l'envie de jouer notamment."


LES COMPOSITIONS PROBABLES

 

Olympique de Marseille : Mandanda (G) - Sakai, Rami, Luiz Gustavo, Amavi - Anguissa, Sanson - Thauvin, Payet (Cap.), Ocampos - Germain

Entraîneur: Rudi Garcia (FRA)


Atlético de Madrid : Oblak (G) - Vrsaljko, Gimenez, Godin, Filipe Luis - Gabi (Cap.), Partey, Koke, Saul - Diego Costa, Griezmann 

Entraîneur: Diego Simeone (ARG)


Arbitre: Björn Kuipers (NED)


LES JOUEURS CLÉS


Dimitri Payet (OM)



Antoine Griezmann (Atlético de Madrid)



LES MAILLOTS DE LA FINALE

Olympique de Marseille


Club Atlético de Madrid



MARSEILLE / ATLETICO DE MADRID  (20H45)

Plus d'actualité