Dans l'actualité récente

Le fisc brésilien responsable de l'échec du transfert de Neymar au PSG

Voir le site Téléfoot

error
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2016-10-25T14:22:42.458Z, mis à jour 2016-10-25T14:23:33.200Z

Alors que le brésilien et le club parisien étaient d'accord sur les modalités d'un transfert du joueur vers la capitale l'été dernier, une dernière exigence du barcelonais a tout fait capoter.

Cela aura été l’un des feuilletons du dernier mercato d’été : priorité du Paris Saint-Germain, le brésilien Neymar sera passé tout près de quitter le Barça pour la Ligue 1. Si de nombreuses rumeurs, plus ou moins farfelues ont circulé, on en sait désormais plus sur les raisons qui ont poussé le capitaine de la Seleçcao à finalement repousser les avances du PSG.

Une clause de 190 M€

Alors que le Mundo Deportivo parlait de 40 M€ d’euros de salaire annuel, 40 M€ de prime à la signature, 3 M€ destinés à la fondation de Neymar et 30 % des parts d’un hôtel à construire au Brésil, L’Equipe assure que l’opération aurait pu se conclure à des conditions inférieures.

Paris était effectivement prêt à régler la clause libératoire prévue dans le contrat de l’attaquant, à savoir  190 M€, et offrait au joueur un contrat de plus de 25 M€ nets par an. Des émoluments qui convenaient aux représentants de Neymar.


L’amende du fisc, l’exigence de trop

C’est sur une prime spéciale que l’accord a finalement achoppé. Poursuivi par le fisc brésilien, le joueur est débiteur d’une amende exorbitante de 45 M€  qu’i souhaitait voir prise en charge par son nouveau club. Une exigence que le club parisien n’a pu satisfaire.

Un refus dicté par le Fair-play financier. Déjà épinglé par le gendarme financier de l’UEFA, le PSG souhaite désormais rester dans les clous de l’agence ce qui n’aurait plus été possible en payant l’amende de Neymar.

Si le brésilien était bien le rêve de Nasser Al Khelaifi, force est de constater qu’il n’était pas prêt à toutes les folies pour le faire signer.