Dans l'actualité récente

Football Leaks : Pogba jongle avec les comptes

Voir le site Téléfoot

Pogba signe à Manchester United
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2016-12-10T03:18:18.388Z, mis à jour 2016-12-10T03:18:26.089Z

Après les sommes faramineuses dissimulées par Cristiano Ronaldo, après les paradis fiscaux des parisiens Angel Di Maria et Javier Pastore, les « Football Leaks » épinglent le joueur le plus cher de l’histoire du foot : le milieu des Bleus Paul Pogba.

« Mediapart » révèle, dans le cadre des « Football Leaks », que l’international français déposait, à l’instigation de son agent Mino Raiola, une partie de ses revenus à Jersey.

Téléfoot, l’After - Le Buzz : la nouvelle danse des frères Pogba

Pogba, coupable ou victime ?

Paul Pogba est au cœur des nouvelles révélations de Mediapart dans le cadre de l'enquête «Football Leaks». Selon les documents analysés par le site d'information en ligne et les onze autres médias européens de l'European Investigative Collaborations (EIC), les droits à l'image du joueur ont été hébergés successivement au Luxembourg puis à Jersey, deux paradis fiscaux. Le plus surprenant est que le joueur n'est pas celui qui en tiré le plus profit.

Raiola ne s'oublie jamais

A travers lui, c'est le business du Néerlandais Mino Raiola, l’agent qui gère les intérêts du milieu de terrain depuis 2012, qui rejaillit. Ainsi, durant le passage du milieu de terrain à la Juventus Turin (2012-2016), Raiola aurait empoché 10 millions d’euros sur le dos de Pogba - dépeint dans cette histoire comme une victime consentante -, soit presque autant que le joueur durant ses quatre années turinoises.

Un ex-agent très spécieux

Selon l’enquête, Paul Pogba avait auparavant été floué par son premier agent, Oualid Tanazefti. Ce Français, qui a découvert le joueur à l’âge de 13 ans, lui avait fait signer en 2014 un contrat par lequel il s’appropriait les revenus liés à ses droits à l’image pendant quinze ans via une société luxembourgeoise, Koyot Group. Mino Raiola, sollicité par Oualid Tanazefti pour s’occuper de la jeune pépite puis en conflit avec lui, a fini par orchestrer le rachat des droits à l’image et donc les transférer à une société installée à Jersey selon les documents révélés par Médiapart.