Dans l'actualité récente

France-Australie : Benzema mérite-t-il les critiques ?

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2013-10-09T10:57:00.000Z, mis à jour 2013-10-10T13:09:06.000Z

Karim Benzema, considéré comme le meilleur avant-centre français en activité, subit une grosse crise de confiance devant le but. Comme tous les attaquants à un moment donné de leur carrière. Et comme tout buteur qui ne marque pas de buts, le Madrilène est très critiqué.

Le match France-Australie sera diffusé vendredi sur TF1 à partir de 20h50. Une rencontre à suivre également en intégralité sur MYTF1 avec la possibilité de gagner de nombreux cadeaux grâce au Défi Live. Et peut-être l'occasion pour Karim Benzema de retrouver la confiance.

Il est de bon ton ces temps-ci de critiquer Karim Benzema, tantôt sur son inefficacité devant le but, tantôt sur son attitude jugée nonchalante. Quand les reproches ne visent pas carrément sa mentalité, remettant en cause son amour du maillot bleu. Tentons de prendre un minimum de recul sur la situation afin d'analyser le plus objectivement possible le cas Benzema. Mérite-t-il réellement la pluie de critiques qui s'abat sur lui depuis plusieurs mois ?

Benzema ne marque plus
Le principal problème de Karim Benzema est qu'il ne marque plus en équipe de France. Son dernier but en bleu remonte au 5 juin 2012 contre l'Estonie, où il inscrivit un doublé. Le mutisme de celui qui devrait s'imposer comme le fer de lance de l'attaque tricolore dure donc depuis15 matches. Soit 1217 minutes, plus de 20 heures ! De quoi remettre en question son statut chez les Bleus. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé de marquer, au regard des statistiques de Karim Benzema durant cette période sous le maillot français :
58 tirs, soit un tir toutes les 21 minutes
18 tirs cadrés
0 but
(Source : Opta)

Un constat clinique et sans appel, qui s'avère encore plus dur en s'attardant sur le dernier match de Karim Benzema avec les Bleus, le 6 septembre en Géorgie (0-0) : 62 minutes jouées, 2 tirs tentés, 1 dribble, 2 duels gagnés. Un bilan famélique et loin d'être à la hauteur d'un attaquant de haut niveau. La bonne nouvelle, c'est que le principal intéressé en a conscience. Après le match de Tbilissi, il déclarait à la presse : « Je n'ai pas été terrible (...) Je sais que je peux beaucoup mieux faire. » C'est également une certitude pour tous les observateurs, qu'ils soutiennent ou non Karim Benzema.

Benzema et le jeu des Bleus
Karim Benzema est devenu, à cause de son poste et des attentes qui pèsent sur ses épaules, le symbole du manque d'efficacité récent des Bleus. Rappelons en effet que l'équipe de France vient de traverser une période historique de cinq matches sans marquer le moindre but, ce qui n'était plus arrivé depuis 1925. La mauvaise série a été stoppée en Biélorussie avec Karim Benzema... sur le banc. Mais nous y reviendrons.

Car les critiques ne portent pas que sur sa maladresse face au but. Dans le jeu, Karim Benzema est là aussi pointé du doigt. L'ancien Lyonnais a toujours eu une attitude relativement nonchalante sur un terrain, à l'image de Nicolas Anelka. Ce qui donne l'impression, pas toujours juste, d'un manque d'implication. Car l'une des principales qualités de Karim Benzema est justement d'avoir cette capacité à participer au jeu de son équipe, grâce à sa grande qualité technique. Benzema n'est pas un renard des surfaces, mais plutôt un joueur qui aime décrocher, toucher le ballon et échanger avec ses coéquipiers, à l'instar d'un Anelka ou d'un Ibrahimovic.

Ce qui pose une nouvelle question : le système de jeu des Bleus permet-il d'utiliser efficacement les qualités de Karim Benzema ? La tendance qui consiste à positionner l'avant-centre du Real Madrid en seul attaquant de pointe a montré ses limites. Comme Benzema décroche régulièrement et que les milieux de terrain ne montent pas assez dans le même temps, les Bleus manquent cruellement de présence dans la surface. La logique indique qu'une association Giroud-Benzema serait intéressante. Mais dans la pratique, contre la Géorgie, la paire n'a pas du tout fonctionné : 6 ballons échangés pour 0 occasion. Quelle que soit l'organisation mise en place par Didier Deschamps, avec un ou deux attaquants, il faut bien se mettre en tête que Karim Benzema a besoin d'espace et de participer au jeu. Utilisé comme un 9 classique, il ne pourra jamais apporter la pleine mesure de son talent.

La mauvaise image de Benzema
Outre sa panne d'inspiration devant le but et son utilisation pour le moins critiquable dans le système de jeu des Bleus, Karim Benzema pâtit d'une image partiellement détériorée. Les raisons de ce désamour sont diverses.

Il y a d'abord, comme évoqué plus haut, cette impression que Karim Benzema manque d'implication quand il se trouve sur un terrain. En clair, les supporters de l'équipe de France, mais aussi ceux du Real Madrid et même Pepe dernièrement, lui reprochent de ne pas « mouiller le maillot ». Encore une fois, et même s'il a pu arriver que Benzema, comme d'autres, montre une attitude un peu trop dilettante lors de certains matches, cette impression doit pour beaucoup à son style. Même quand il fait les efforts, Benzema donne rarement l'impression de puiser dans ses réserves.

Ensuite, Karim Benzema évolue dans un climat déjà sombre autour des Bleus. Depuis l'affaire du bus de Knysnan pendant la Coupe du monde 2010, il existe un véritable désamour pour l'équipe de France. En Afrique du Sud, le Madrilène n'était même pas sélectionné, mais le public français l'associe volontiers à cette mauvaise image renvoyée par les footballeurs français. En tant que star, avec Franck Ribéry, et donc symbole de cette équipe de France, Karim Benzema cristallise presque mécaniquement les ressentiments des supporters tricolores contre leur sélection. Et les résultats mitigés des Bleus sur le terrain n'arrangent rien.

Enfin Karim Benzema ne chante pas La Marseillaise. Il s'agit sans doute là du reproche le moins rationnel qui lui est adressé. Rappelons qu'un certain Michel Platini n'a jamais chanté l'hymne national, ne cautionnant pas ses propos guerriers. Nos bienaimés basketteurs français champions d'Europe, menés par Tony Parker, ne chantaient pas non plus avant de jouer leurs rencontres. Ils ont en revanche repris La Marseillaise tous en chœur une fois sur le podium, le titre conquis. Est-il donc possible d'accorder à Karim Benzema le droit de ne pas s'époumoner au moment de l'hymne, pour raison personnelle, ou plus simplement encore par souci de concentration ?

Qui ferait mieux que Benzema ?
Critiquer Karim Benzema et militer pour sa mise à l'écart de l'équipe de France, pourquoi pas, mais encore faut-il lui trouver un remplaçant digne de ce nom. Or jusqu'ici, les alternatives à Benzema n'ont pas franchement convaincu. Quelle est donc cette concurrence capable de pousser sur le banc, au mieux, l'avant-centre titulaire du Real Madrid ?

Le premier nom qui vient à l'esprit est celui d'Olivier Giroud (Arsenal). Lors du match des Bleus contre la Biélorussie, le Gunner a eu sa chance seul en pointe à la place de Benzema. Et malgré une victoire de l'équipe de France avec quatre buts marqués, Giroud n'en a pas mis un seul. En revanche, le profil du joueur d'Arsenal semble complémentaire avec celui de Karim Benzema et Didier Deschamps pourrait tenter à nouveau de les associer, même si la dernière tentative contre la Géorgie a été un échec cuisant.

Un autre attaquant français évoluant en Premier League vient d'être rappelé en sélection. Il s'agit de Loïc Rémy (Newcastle). L'ancien Marseillais a déjà marqué 5 buts en championnat et ses qualités de vitesse et de percussion pourraient faire grand bien. Mais de là à prétendre à une place de titulaire, il y a un pas. De plus, sa capacité à évoluer sur le côté droit fait de lui une solution possible à plusieurs postes. A la fois partout et donc peut-être nulle part.

Reste les oubliés de la sélection. André-Pierre Gignac (OM) a déjà montré en Ligue des champions qu'il n'avait pas forcément le niveau international. Kevin Gameiro (FC Séville) s'est bien adapté à son nouveau club avec 10 matches et 6 buts toutes compétitions confondues. Mais Didier Deschamps n'a pas encore décidé de lui donner sa chance et il ne dispose pas d'un vécu suffisant en bleu (8 sélections, 1 but) pour régler à lui seul nos problèmes offensifs. Quid enfin de Bafétimbi Gomis (Lyon), dont le début de saison a été trop perturbé par sa situation personnelle pour espérer réintégrer le groupe France à court terme.

En définitive, Karim Benzema n'est pas seul en cause. La sélection tricolore ne peut compter actuellement sur aucun de ses attaquants. Les six derniers buts de l'équipe de France ont d'ailleurs été marqués par des milieux de terrain (Ribéry trois fois, Valbuena, Nasri et Pogba). Quant aux critiques envers le Madrilène, fondées ou non, elles ne cesseront que s'il retrouve le chemin des filets. Alors place au terrain.

Téléfoot s'était penché sur le malaise Benzema avant le match contre le Biélorussie :