Dans l'actualité récente

France - Australie : Les Bleus en balade et Benzema respire enfin !

Voir le site Téléfoot

error
Par Frédéric YANG|Ecrit pour TF1|2013-10-11T22:28:00.000Z, mis à jour 2013-10-11T22:33:30.000Z

Opposée à l'Australie en match amical, l'équipe de France s'est littéralement promenée en s'imposant (6-0). Rarement aussi séduisants dans le jeu et efficaces, les Bleus préparent idéalement la réception de la Finlande, mardi prochain, avant d'attaquer les barrages qualificatifs pour la Coupe du monde 2014, en novembre.

Six ans après leur dernier match au Parc des Princes, les Bleus ont retrouvé de la vie, des couleurs et ont fait le plein de confiance avant d'attaquer une période décisive dans leur objectif de rallier le Brésil en juin 2014. Leur soirée s'est apparentée à un rêve éveillé où tout leur a semblé possible. Comme un but de Benzema.

Une première période parfaite

Aucune occasion concédée et quatre buts inscrits en trente minutes. La première période des Bleus fut parfaite. Après un penalty généreusement accordé pour une main imaginaire de Carney, Ribéry se chargeait de la sentence (8e, 1-0), son troisième but en deux matches avec la France. Et le joueur du Bayern Munich n'en restait pas là. Intenable sur son côté gauche, « Kaiser Franck » rendait fou les défenseurs australiens et sur un de ses multiples débordements, il trouvait Giroud dans la surface qui ajustait Langerak d'un subtil lob (16e, 2-0). L'attaquant d'Arsenal profitait d'une superbe combinaison entre Ribéry et Nasri pour inscrire un doublé, cette fois en force (27e, 3-0). Préféré à Matuidi, conservé au frais avant le match contre la Finlande, Yohan Cabaye a signé son retour dans le onze de départ avec une frappe magistrale dès vingt mètres (4-0, 29e). À l'origine de ce quatrième but, une déviation géniale de Nasri et une nouvelle passe décisive de Ribéry. Positionné en meneur de jeu, Samir Nasri a rayonné même s'il n'a pas marqué. Son entente avec Ribéry et Pogba, a donné de bonnes indications pour la suite. En tout cas, le milieu de terrain de City a gagné des points quand un autre s'est redonné confiance.


Benzema, la fin du calvaire
Entré à la pause, à la place d'un Giroud, convaincant et auteur d'un doublé, Karim Benzema se savait attendu mais la première période de rêve effectuée par ses coéquipiers lui a sans doute donné des ailes. Après un cinquième but magnifique de Debuchy, auteur d'une demi-volée pied gauche parfaite après un mauvais renvoi de la défense des Socceroos (5-0, 47e), Benzema s'est invité au festival des Bleus. Après un énième numéro de Ribéry, l'attaquant du Real Madrid crucifiat Langerak de près (6-0, 50e) et mettait fin à une série noire de 1224 minutes sans marquer en Bleu - son dernier but remontait au mois de juin 2012. Les acclamations du public du Parc des Princes et un chant : « Il a marqué, il a marqué » redonnait le sourire à Benzema et sans doute la confiance qui le fuyait tant lors de ses dernières sorties. Si Rémy (70e) et Sissoko (88e) auraient pu aloudir la marque en fin de rencontre, les Bleus ont envoyé un message fort et fait taire leurs détracteurs le temps d'un week-end.

Un week-end idyllique qui pourrait se prolonger en cas de confirmation mardi soir contre la Finlande.