France - Australie : "Continuer dans cette voie-là"

Voir le site Téléfoot

error
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2013-10-11T23:46:00.000Z, mis à jour 2013-10-12T07:55:22.000Z

Après les quatre buts inscrits en Biélorussie (4-2), les Bleus ont affolé les compteurs face à l'Australie (6-0). A trois jours du match face à la Finlande et un peu plus d'un mois des barrages, les hommes de Didier Deschamps connaissent désormais la marche à suivre.

Intraîtables face à une faible sélection australienne, les Bleus ont déjà la tête tournée vers la Finlande et les barrages du mois de novembre (aller le 15, retour le 19).


Deschamps : "Ce n'est pas anodin"

Une équipe de France qui gagne, des attaquants qui marquent, un stade et son public qui s'emballe : cette partie amicale face à l'Australie considérée comme le rendez-vous mineur au regard des échéances à venir ne le sera finalement peut-être pas tant que ça. Car Australie ou pas, trouver les filets à six reprises, ça ne peut que regonfler le moral d'une troupe plus habituée aux sifflets qu'aux louanges. "Ce n'est pas anodin (de marquer 6 buts), a souligné le sélectionneur après le match. On a eu de bonnes intentions, de la fluidité, de la simplicité, du mouvement. On les a mis sous pression continuellement. Il y a eu beaucoup de qualités dans ce qu'on a fait." Après ce match, les chiffres parlents : les Bleus ont inscrit en Biélorussie (4-2) et face à l'Australie (6-0) quasiment autant de buts que lors des treize premiers matches de Didier Deschamps à leur tête (11).


Nasri : "Important de rectifier le tir"

Du coup, dans la zone mixte, les joueurs avaient la mine des bons soirs. "Après nos dernières performances où on avait été pas mal critiqués à juste titre, c'était important de rectifier le tir, a rappelé Samir Nasri. Il faudra confirmer face à la Finlande, mais ce soir, tous les joueurs offensifs se sont exprimés. Derrière, on n'a pas pris de but ni concédé beaucoup d'occasions. C'est bien". La faiblesse de l'opposition proposée par les joueurs d'Holger Osiek incite-t-elle toutefois à relativiser ce succès ? "On va dire que l'Australie n'est pas une grande équipe mais elle est qualifiée pour la Coupe du monde, a répondu Deschamps. On leur a marqué six buts comme le Brésil l'avait fait. Je préfère retenir le côté positif de notre jeu et la performance collective de mon équipe."


Matuidi : "Enthousiasme et envie"

Lucides, les Bleus ont conscience que la qualité de l'adversité sera bien supérieure dès mardi soir face à la Finlande, mais surtout au mois de novembre lorsqu'ils devront en passer par les barrages pour espérer rallier le Brésil en 2014. "L'adversaire était moyen, a reconnu Blaise Matuidi. Mais on a répondu présent. On a mis de l'enthousiasme et de l'envie. Il faudra continuer dans cette voie-là quand on devra disputer des matches plus difficiles". Giroud, qui a marqué des points hier soir, ne dit pas autre chose : "On ne va pas se mentir, sur le papier, l'Australie, c'est moins fort que la Finlande. Mais si on n'en avait pas mis six, il y aurait eu des choses à redire. Là, il faut se satisfaire de ce qu'on a fait". Alors que même une victoire mardi soir ne garantirait pas aux Bleus d'être têtes de série, Nasri conclut : "Qu'on le soit ou pas, je ne suis pas sûr que notre adversaire potentiel sera content de jouer l'équipe de France..."


Une performance majuscule à réitérer mardi en recevant la Finlande pour le dernier match des éliminatoires.