Dans l'actualité récente

France - Islande : les Bleus repartent avec une victoire et des questions

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2012-05-27T20:55:00.000Z, mis à jour 2012-05-27T21:13:10.000Z

Malgré la victoire, l'Equipe de France n'a pas rassuré face à l'Islande, pour le premier de ses trois matches de préparation pré-Euro.

Menée 2 à 0, la France a difficilement pris le dessus sur le défi physique présenté par l’Islande. La victoire n’occultera pas les interrogations.


Avec un onze très offensif, l’idée de Laurent Blanc était de mettre du rythme d’entrée de jeu, en se créant des occasions et en trouvant la faille très vite. C’est justement ce que les cinq joueurs alignés devant (Ben Arfa, Nasri, Ménez, Benzema, Gourcuff) ont fait, ou plutôt essayé de faire. S’ils ont su se rapprocher de la cage islandaise, ils furent fébriles dans le dernier geste et incapables de faire sauter le verrou durant les 45 premières minutes. Défensivement, ce fut beaucoup moins rassurant, surtout côté droit, Evra étant responsable sur les deux buts adverses (28ème, 34ème). Assommés, les Bleus n’ont pas pu réagir avant la pause.


Au sortir des vestiaires, les Bleus nous ont refait la même : beaucoup d’opportunités gâchées et quelques frayeurs dans l’arrière-garde. Finalement, la révolte est venue de Debuchy à la 52ème minute. Puis il a fallu attendre la fin du match pour l’égalisation, par l'intermédiaire d'un une-deux entre Giroud et Ribéry, conclu par le joueur du Bayern Munich (85ème). Quelques secondes plus tard, c’est encore une fois Giroud que nous retrouvons à l'origine d'un caviar pour Adil Rami, inexplicablement présent dans la surface (87ème). Au final, la France s’impose 3 à 2.


Laurent Blanc était venu à Valenciennes pour obtenir des réponses. Il repart sans doute avec davantage de questions. Si son équipe a montré quelques séquences intéressantes sur le plan offensif (c’était le but), la défense, naguère solide, a posé problème. Sur le plan individuel, Ben Arfa devrait valider son ticket pour l’Ukraine et la Pologne, de part son envie et ses percussions. Pour Gourcuff, c’est déjà plus compliqué. Affuté athlétiquement, il a semblé un peu juste dans la finition et pas suffisamment lucide dans ses choix. Grâce à ses deux passes décisives, Giroud a confirmé. Quant à Ribéry, il s’est libéré.


Les prochaines nuits s’annoncent longues pour Laurent Blanc. Il va devoir éliminer deux joueurs de sa liste et retrouver une imperméabilité dans sa surface.