"La France ne gagnera pas"

Voir le site Téléfoot

'La France ne gagnera pas'
Par AFP|Ecrit pour TF1|2010-04-23T07:44:06.000Z, mis à jour 2010-04-23T07:44:06.000Z

Michel Platini estime que la France passera le 1er tour du Mondial mais qu'elle ne remportera pas le tournoi, dans un entretien accordé au Groupe Hersant Média, à paraître à partir de vendredi. Le président de l'UEFA y va aussi de sa petite pique sur Raymond Domenech qui a été "nul".

Au moins, le message est clair. Pour Michel Platini, la France n'accrochera pas de deuxième étoile à son maillot, lors de la prochaine Coupe du monde. "Je ne la vois pas gagner, je la vois passer le premier tour, déclare-t-il. Après, ils joueront soit l'Argentine soit le Nigeria. L'équipe de France n'est pas actuellement la meilleure équipe du monde, ni dans les trois meilleures équipes du monde, mais elle fait partie de ces équipes, comme l'Argentine, l'Allemagne, l'Italie, le Portugal, la Hollande, qui vont être difficiles à battre."


Domenech "a été nul"


Pour le patron de l'UEFA, les Bleus ne sont pas au niveau de leurs illustres prédécesseurs. "Il y a de bonnes individualités dans ce groupe, mais soyons clairs, il n'y a pas de grande individualité. Je pense tout simplement que la France a perdu une grande génération." Michel Platini, qui souhaite voir un pays "européen" soulever la Coupe du monde, cite trois grands favoris. "Pour moi, il y a trois équipes qui sont au-dessus: l'Espagne, l'Angleterre et le Brésil. Elles ont les meilleures équipes, les meilleurs joueurs et ce sont elles qui jouent le mieux. Après, on peut imaginer un deuxième cercle avec l'Allemagne, l'Italie, l'Argentine."


Le président de l'instance européenne revient également sur le cas de Raymond Domenech, qu'il a soutenu après le fiasco de l'Euro 2008. Pour Platini, "il y a un problème Raymond" mais "un problème de personnalité, pas de technicien". "Où il a été nul, c'est après l'Euro avec son annonce (sa demande en mariage, ndlr) qui a heurté toute la France, explique-t-il. Les gens étaient peinés, tristes, et lui, il arrive avec sa phrase. Il le sait, il l'a reconnu, il a fait une connerie et puis voilà. Avant d'être soi même, on est l'entraîneur de l'équipe de France. On se doit à toute la famille française du foot."