Dans l'actualité récente

France-Portugal : des matches de légende

Voir le site Téléfoot

error
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2013-10-16T15:04:00.000Z, mis à jour 2013-10-16T15:16:19.000Z

L'équipe de France et la sélection du Portugal se sont affrontées à trois reprises en compétition officielle. Et à chaque fois, ces rencontres entre cousins latins ont donné lieu à des chocs au sommet. Retour sur trois matches entrés dans la légende du football.

Les barrages de la zone Euro pour se qualifier à la Coupe du monde 2014 se joueront les 15 et 19 novembre prochains. Et l'équipe de France pourrait affronter le Portugal, étant donné que les Bleus se trouvent dans le deuxième chapeau tandis que les Lusitaniens sont tête de série. Les autres adversaires potentiels des Français sont la Croatie, la Grèce et l'Ukraine. Autant dire que la sélection de Cristiano Ronaldo serait le pire tirage au sort pour Franck Ribéry et compagnie. Les Bleus seront fixés le 21 octobre, date du tirage au sort. Si jamais à Zurich, le hasard offrait la Selecção aux Tricolores, la perspective de cette double confrontation rappellerait de bons souvenirs au public français. Pourvu que ça dure...

Un bilan favorable aux Bleus
Premier constat en observant le bilan chiffré de l'équipe de France face au Portugal : une domination écrasante des Bleus. Dans toute l'histoire de ce sport, les sélections française et lusitanienne ont croisé le fer à 22 reprises. Les Bleus comptent à ce jour 16 victoires, 1 match nul et seulement 5 défaites devant les Portugais. Avec en conséquence une différence de buts particulièrement favorable : 40 buts inscrits pour 27 encaissés, soit +13.

Notons que sur ces 22 rencontres, seules 3 ont été disputées durant des compétitions officielles, le reste étant constitué uniquement de matches amicaux. Le premier France-Portugal de l'histoire (amical) a eu lieu le 18 avril 1926 à Toulouse, pour une victoire tricolore 4-2. Le dernier en date avait une importance toute autre, puisqu'il s'est déroulé le 5 juillet 2006 à Munich en demi-finale de Coupe du monde. Là encore, la France est sortie vainqueur de cette rencontre, 1-0.

La sélection portugaise n'a plus battu l'équipe de France depuis le 26 avril 1975 à Colombes, lors d'un match amical (0-2). Soit 38 ans et 8 rencontres disputées depuis. Bref, une éternité. L'historique des confrontations a beau être largement favorable aux Français, les Portugais se seraient volontiers contentés de victoires seulement dans les matches importants. Mais là encore, ce sont les Bleus qui dominent.

La tragédie marseillaise
Tout commence le 23 juin 1984, lors du Championnat d'Europe organisé par la France. A cette occasion, l'équipe menée par un Michel Platini au sommet de son art arrive en demi-finale de son Euro contre une sélection portugaise pétrie de qualités techniques. Il s'agit de la première rencontre en compétition officielle entre ces deux pays. Elle a lieu dans un Stade Vélodrome de Marseille chauffé à blanc devant près de 55 000 spectateurs.

Les Bleus, qui avaient jusqu'à cette rencontre dominé tous leurs matches de la tête et des épaules, connaissement bien plus de difficultés. Le milieu de terrain lusitanien, composé de joueurs vifs et techniques, pose des problèmes au « Carré magique ». Pourtant, la France ouvre le score grâce à Jean-François Domergue (24e) et pense avoir fait le plus dur. Mais l'attaquant portugais Jordão égalise (74e) et entraîne les Français dans une prolongation appelée à entrer dans les annales du football.

Car cette demi-finale de l'Euro 84 promis à la bande à Platoche ressemble de plus en plus à un traquenard. La première période de la prolongation ne fait que confirmer les craintes des supporters français, avec un nouveau but de ce diable de Jordão (98e). Les Bleus entament les quinze dernières minutes de la prolongation menés 1-2 à Marseille dans une demi-finale qui devait les mener tout droit au Parc des Princes pour un premier sacre international annoncé.

C'est là que l'irrationnel s'empara des vingt-deux acteurs. Jean-François Domergue, défenseur appelé de dernière minute pour cet Euro, qui était censé n'être qu'un remplaçant et qui a finalement disputé toutes les rencontres, marque encore (114e) ! 2-2, il reste six minutes pour éviter une séance de tirs au but synonyme de loterie. D'autant que cette équipe est à ce moment encore traumatisée par la demi-finale de Séville perdue deux ans plus tôt de cette manière. 119e minute, Jean Tigana, infatigable milieu, sonne une dernière charge, déborde et centre en retrait pour un certain Michel Platini. But. Les Portugais, exténués et détruits moralement après avoir touché du doigt la qualification, sont KO debout.

error

La main d'Abel Xavier
28 juin 2000, Stade du Roi-Baudouin (Bruxelles), demi-finale de l'Euro. La France et le Portugal se retrouvent seize ans plus tard dans une compétition internationale. Les deux sélections ont impressionné pour arriver à ce stade. Les Bleus, champions du monde en titre, ont tenu leur rang en sortant du « groupe de la mort » (Pays-Bas, République Tchèque, Danemark) et en éliminant l'Espagne en quart. Les Portugais sont quant à eux la bonne surprise de la compétition. Les coéquipiers de Luis Figo ont battu l'Angleterre et l'Allemagne en poule, avant de disposer des Turcs en quart de finale.

Devant 50 000 spectateurs, l'équipe de France de Zinedine Zidane se présente en favori. Sa maîtrise technique et sa puissance athlétique font d'elle une citadelle imprenable. Mais les Portugais ne l'entendent pas de cette oreille et jouent leur chance crânement. Dès la 19e minute, Nuno Gomes profite d'un ballon récupéré dans l'axe pour décocher une frappe lointaine qui surprend totalement Fabien Barthez. Coup de tonnerre à Bruxelles. Le Portugal mène 1-0 à la mi-temps face à des Français plutôt dominateurs mais empruntés.

Au retour des vestiaires, la France pousse, et remet les pendules à l'heure grâce à Thierry Henry (52e) qui grille la politesse à Emmanuel Petit sur un bon service de Nicolas Anelka. A 1-1, les Bleus accentuent la pression et les Lusitaniens reculent de plus en plus. Le match tourne à l'attaque-défense mais les Portugais tiennent bon et se battent sur tous les ballons. Au courage, la Selecção conserve ce match nul jusqu'à la fin du temps réglementaire et le droit d'y croire en prolongations, surtout avec la perspective du but en or.

Cette nouvelle règle instituée à l'Euro depuis 1996 offre la victoire à la première équipe qui marque durant la prolongation. C'est ainsi qu'Oliver Bierhoff avait offert le titre à l'Allemagne contre la République Tchèque. Malheureusement pour les Portugais, ils n'arriveront pas à inscrire ce but en or. Pire, alors que le match s'achemine vers une séance de tirs au but, le défenseur Abel Xavier est coupable d'une main dans la surface sur un centre-tir de Sylvain Wiltord. L'arbitre, l'Autrichien Günter Benko, siffle penalty (117e). Fous de rage, Luis Figo et ses coéquipiers pètent les plombs. Zinedine Zidane ne tremble pas devant Vitor Baia et envoie la France en finale. Aujourd'hui encore, les supporters portugais affirment qu'il n'y avait pas main d'Abel Xavier.

Jamais deux sans trois
Nous sommes cette fois le 5 juillet 2006 en Allemagne. La France affronte encore le Portugal dans une demi-finale, mais d'une Coupe du monde cette fois. L'Allianz Arena de Munich est archi-comble avec 66 000 spectateurs venus assister à ce Portugal-France particulièrement alléchant. Ce match est un duel de stars avec d'un côté Figo, Ronaldo, Deco, Pauleta, et de l'autre Zidane, Henry, Vieira, Ribéry.

Contrairement à l'Euro 84 et l'Euro 2000 où les Français partaient largement avec la faveur des pronostics, cette confrontation de 2006 paraît au départ plus équilibrée. Même si depuis les huitièmes de finale, les Bleus se sont mis en mode rouleau-compresseur sous la houlette du chef d'orchestre Zidane. Mais les Lusitaniens ont à cœur d'effacer le cruel souvenir de la demi-finale perdue six ans plus tôt face à des Tricolores qui ne dominent plus le football mondial comme à l'époque.

Comme prévu, le match est extrêmement tendu entre deux équipes d'égale valeur ou presque. Forcément, la rencontre se joue sur un détail, et à ce petit jeu, c'est généralement le plus expérimenté qui l'emporte. A la 33e minute, Thierry Henry pénètre dans la surface de réparation portugaise et se laisse tomber sur un contact avec Ricardo Carvalho. L'arbitre uruguayen Jorge Larrionda siffle un penalty, que Zinedine Zidane transforme.

Les Bleus parviennent à tenir le score de 1-0 durant toute la rencontre grâce à leur solidité défensive et leur expérience de ce genre de bataille en compétition internationale. Les Portugais se cassent pour la troisième fois les dents sur l'équipe de France en demi-finale d'une grande compétition.

error
Le 21 octobre prochain, les Français prieront pour ne pas tomber contre le Portugal en barrages de la Coupe du monde 2014, mais Cristiano Ronaldo et ses coéquipiers souhaitent eux aussi plus que tout éviter les Bleus. Dans le cas contraire, deux France-Portugal s'ajouteront à l'historique des confrontations et alimenteront la légende.