Dans l'actualité récente

France – Suède : Privée de Zlatan, la Suède a amorcé sa révolution en attaque

Voir le site Téléfoot

Aymeric Laporte au duel avec John Guidetti
Par Alexandre COIQUIL|Ecrit pour TF1|2016-11-10T15:56:57.543Z, mis à jour 2016-11-10T16:00:05.993Z

Désormais privée de Zlatan Ibrahimovic, son emblématique buteur et capitaine, l’équipe de Suède fait dans la "l'innovation" en attaque. Voici les renards des surfaces à suivre face à la France.

C’est un véritable tournant qu’a connu la Suède au lendemain de sa piètre élimination au premier tour de l’Euro 2016 : il a fallu se résoudre à tracer sa route sans Zlatan Ibrahimovic. L’inamovible capitaine et buteur de la sélection au maillot jaune et bleu, fatigué par les coupures internationales, a décidé de renoncer aux convocations de sa sélection après 15 années de bons et loyaux services (116 sélections, 62 buts). Un drame. Mais un drame inévitable.

Solution indiscutable mais aussi poison, l’actuel attaquant de Manchester United, qui avait grandi en parfaite harmonie dans le milieu des années 2000 aux côtés de monstres sacrés comme Henrik Larsson et Marcus Allbäck, a également parasité toute une génération d’attaquants aux dents longues (Markus Rosenberg, Ola Toivonen, Johan Elmander). Avec Ibra, c'était tout blanc et tout noir à la fois.

Pour affronter les Bleus, le sélectionneur Janne Andersson, qui a remplacé le très contesté Erik Hamrén à la sortie du dernier Euro, a sélectionné quatre attaquants. Voici ce qu’il faut savoir sur eux.

John Guidetti

C’est probablement lui qui se rapproche le plus du profil de Zlatan Ibrahimovic en terme d'engagement pur et dur. Le trapu attaquant du Celta Vigo (1m85, 78 kilos) est devenu malgré lui le fer de lance de l’attaque suédoise depuis la rentrée. Même s’il n’a marqué qu’un seul petit but en 15 sélections, il a le profil du parfait petit soldat.

Véritable attaquant de pivot et de surface, moins enclin à décrocher, il est un véritable poison pour toute défense. Son crédo, c’est la bagarre, l’engagement physique. Le profil type du joueur formaté pour la Premier League. "John Guidetti a le profil de l’attaquant anglais. Mais il est Suédois", avait déclaré un jour son ancien coéquipier à Manchester City, Gareth Barry.

Passé par City, où il a débuté avec les pros, puis Burnley, le Feyenoord, Stoke et Celtic, le buteur est plus connu aux yeux du public français pour s’être chamaillé avec Layvin Kurzawa, lors du barrage de l’Euro espoir 2015 fin 2014, que pour ses performances sportives. Sa carrière prometteuse a été stoppée nette en 2012 après une infection alimentaire qui lui a paralysé une partie du système nerveux et bloqué ses jambes. Un virus, nommé  campylobacter, qui a failli lui coûter sa carrière. Guidetti, c'est un miraculé avant tout.

Comparé à Ibra à ses débuts, ce grand fan d’Henrik Larsson, qui a passé une partie de son enfance à Nairobi au Kenya (où son père travaillait dans une école) a appris le foot à l’âge de six ans en regardant par hasard un match lors de la Coupe du monde de football 1998. Repéré par Sven-Göran Eriksson qui l’a fait venir à Manchester City, il a ensuite fait le grand saut vers sa carrière professionnelle.


Isaac Kiese Thelin

Arrivé en France en janvier 2015, le Bordelais dispose également d’un physique loin des sentiers battus et même plutôt robuste : 1m89 pour 83 kilos. Un beau bébé qui est à la croisée des chemins à 24 ans tout juste.

Adoubé lui par Zlatan Ibrahimovic, avec qui il a en commun son passé sportif à Malmö, Kiese Thelin a pourtant eu du mal à digérer son transfert en Gironde où il cire le banc depuis l’arrivée de Jocelyn Gourvennec (5 matches dont 1 titularisation, pour 2 buts). "Je pense qu'il a un grand avenir devant lui. Il doit rester serein et garder son sang froid pour continuer à marquer des buts", disait de lui Ibra début 2015. Malgré les promesses, assez grandes, le buteur a loupé le train en marche.

Vainqueur de l’Euro espoirs 2015 aux côtés de John Guidetti, Thelin a pourtant été rappelé en sélection en septembre dernier après presque un an sans faire partie des plans d’Erik Hamrén, l'ancien sélectionneur. Il devrait constituer un simple joker face aux Bleus vendredi.

Ola Toivonen

L’attaquant polyvalent de Toulouse fait partie de la génération sacrifiée par l’omniprésence de Zlatan Ibrahimovic. Capable d’évoluer à plusieurs postes au sein du secteur offensif (en 9, 9,5 ou sur un côté au PSV), l’ancien joueur du PSV Eindhoven apporte encore une touche classe et créative à cette nouvelle équipe de Suède. Classieux, ce joueur qui aime le jeu à une touche, a également le défaut de sa qualité, un brin de nonchalance. 

En échec au Stade Rennais, puis à Sunderland, Toivonen a finalement rebondi à Toulouse l’été dernier. Voulu à tout prix par Pascal Dupraz, Toivonen a remplacé Wissam Ben Yedder dans l’effectif des Mauve. Le technicien du TFC a d’ailleurs voulu en faire plus un joueur de création qu’un buteur.

" Pour moi, c'est plus un milieu offensif. Même s'il peut être fixateur, il a tout pour évoluer entre les lignes. Décrocher et être difficile à appréhender pour l'adversaire. Sa place n'est pas sur un côté, en tout cas, avait expliqué Dupraz à La Dépêche du Midi . "J'ai milité pour sa venue car je pense qu'il va nous apporter dans l'expertise technique. En résumé, Ola est un joueur cœur du jeu ; mais pas un N.9 ni un N.6."



en savoir plus : Equipe de France de Football, Equipe de Suède de Football