Dans l'actualité récente

France-Ukraine: L'Ukraine est sur ses gardes

Voir le site Téléfoot

error
Par Frédéric YANG|Ecrit pour TF1|2013-11-19T16:43:00.000Z, mis à jour 2013-11-19T16:43:00.000Z

Après son succès (2-0) sur la France lors du match aller des barrages pour la Coupe du monde 2014, l'Ukraine est en très bonne position pour se qualifier avant le match retour. Pourtant l'équipe de Mikhaïl Fomenko ne semble avoir relâché la pression et se dit prête à livrer une deuxième bataille.

2-0, à domicile. Les Ukrainiens ne sont pas loin du scénario parfait pour rallier le Brésil en juin prochain. Impressionnants dans l'impact et parfaitement organisés à Kiev, les joueurs de Fomenko aborderont cette seconde manche avec confiance mais aussi avec beaucoup de prudence.

Prêts pour le combat
« Je ne m'attends pas à un match calme. Ce sera difficile mais ça le sera pour les deux équipes. On est prêts à se battre. Comme les Français j'en suis sûr. Je pense que l'équipe de France sera très offensive mardi. Elle prendra des risques. Si notre adversaire est agressif, on le sera aussi », a prévenu le sélectionneur ukrainien Mikhaïl Fomenko, qui sera privé de deux pièces essentielles de sa défense, Fedetskiy et Kucher, suspendus. Mais l'équipe ukrainienne, dépourvue de grandes stars, se distingue justement par sa force collective. Ses joueurs sont interchangeables. La preuve, Zozulya, bourreau des Bleus vendredi, pourrait être remplaçant mardi au Stade de France, comme l'a expliqué Fomenko: « Il (Zozulya) a été excellent vendredi, mais ça ne lui garantit pas de jouer mardi. On choisit les titulaires selon le type de match qui nous attend. »

Invaincue depuis douze matches
Si tous les Ukrainiens rêvent d'une qualification pour le Mondial 2014, qui serait la deuxième participation des Jaune et Bleu pour la compétition reine, Anatolyi Tymoschuk, ancien coéquipier de Franck Ribéry au Bayern Munich, tente de calmer l'euphorie ambiante. « Nous avons obtenu une très grande victoire à Kiev. Mais nous avons perdu deux défenseurs et les Français auront l'avantage du terrain et du public cette fois-ci. Le football réserve tellement de surprises qu'il nous faudra faire attention. Ce sera plus difficile car ils n'ont rien à perdre. Tout peut encore arriver », a annoncé le milieu de terrain du Zenit Saint-Petersbourg. Pourtant l'Ukraine a des raisons d'être confiante. Cette formation n'a plus perdu depuis douze matches, soit depuis le 16 octobre 2012 - défaite (0-1) contre le Monténégro - et n'a pas pris de but lors de ses huit dernières sorties. De plus, elle n'a plus encaissé trois buts dans le même match depuis juin 2012. Ces statistiques en disent long sur le défi que doit relever l'équipe de France...

Rendez-vous mardi à partir de 21h pour ce France-Ukraine décisif.