Dans l'actualité récente

France-Ukraine : les raisons d'y croire

Voir le site Téléfoot

error
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2013-11-16T13:00:00.000Z, mis à jour 2013-11-18T09:27:17.000Z

Après sa défaite face à l'Ukraine en barrage aller, la France a peu de chances de voir la Coupe du Monde 2014. Mais tant que rien n'est fait, il reste toujours un maigre espoir de réaliser un miracle.

Qu’on se le dise, mardi prochain au Stade de France, les Bleus n’ont que peu de chances de se qualifier. Mais les miracles existent dans le sport et les hommes de Didier Deschamps ont des raisons d’y croire : tant qu’ils se battront, tout est possible.

Mathématiquement, rien n’est fait

Deux buts à remonter, c’est à la fois beaucoup et peu. Certes, en face, il y a une nation qui reste sur huit matches sans en prendre, toutes compétitions confondues. La tâche des Bleus paraît donc des plus difficiles mais on peut également imaginer le scénario où la France parvient à en mettre deux pour arracher les prolongations. A partir de là, tout redeviendra possible.

L’Ukraine aura le stade contre elle
Au retour, les Ukrainiens vont jouer à 11 contre 12. Car le Stade de France sera bouillant et ne devrait pas abandonner son équipe. Devant leur public, les Bleus joueront double : il faudra séduire les spectateurs par le jeu pour mieux leur offrir une victoire libératrice. Un sursaut d’orgueil qui pourrait transcender les troupes de Didier Deschamps et les amener à produire le miracle après lequel elles courent.

Offensivement, la France est capable de tout
Avec Nasry, Valbuena, Rémy, Giroud, Benzema, Ribéry… La France ne manque pas de talent devant. Elle manque juste d’un peu de liants. De toute évidence, mardi, elle ne pourra pas faire pire que vendredi soir, où les assauts furent peu inspirés et vains. C’est d’autant plus vrai que les Français restaient sur des cartons (4/2 face à la Biélorussie, 6/0 face à l’Australie, 3/0 face à la Finlande). La victoire passera forcément par une efficacité devant le but retrouvée.

Deschamps ne manque pas de solutions
Si son 4-2-3-1 prometteur n’a rien donné, surtout en termes d’animation, Didier Deschamps peut trouver la solution ailleurs, en reprenant un 4-3-3 avec Yohan Cabaye aux côtés de Pogba et Matuidi par exemple. Ou bien, il a la possibilité de jouer son va-tout en associant Benzema et Giroud, une association qui n’a certes jamais rien donné jusqu’à maintenant. Enfin, il y a Valbuena… Quoiqu’il en soit, puisque la mission est impossible, Deschamps doit prendre des gros risques.

Les joueurs ne sont pas abattus
Karim Benzema et Mathieu Valbuena sont tombés d’accord à l’issue du match : il faudra rester soudés pour aller chercher un résultat. En somme, il semblerait que les Bleus ne soient pas abattus et soient plutôt enclins à se battre. Forcément, on attendra beaucoup de Franck Ribéry, qui pourra mener la lutte de par son statut actuel (il est en course pour le Ballon d’Or). Dans tous les cas, la France et Didier Deschamps auront besoin de tout le monde.

Contredire les statistiques
Dans l’Histoire, une seule équipe est parvenue à se qualifier après avoir pris deux buts à l’extérieur lors d’un barrage aller : il s’agit de la Slovénie. Cette sélection s’était inclinée en Russie sur le score de 1-2 avant de s’imposer à domicile par la plus petite des marges de manœuvre (1 à 0). C’était pour la Coupe du Monde 2010.

Pour celle de 2014, qui sait si la France n’imitera pas la Slovénie en allant chercher l’exploit malgré un handicap supplémentaire (pas de but à l'extérieur) ?