L'Archive du jour : Ganso, le Brésilien que l'Europe s'arrachait

Voir le site Téléfoot

Mais qui est ce Ganso dont tout le monde parle au Brésil ? (27/02/2011)
Par Jean-Moïse DUBOURG|Ecrit pour TF1|2016-07-18T10:48:12.704Z, mis à jour 2016-07-18T10:48:13.909Z

Ganso s’est engagé en faveur du FC Séville. A 26 ans, le Brésilien va connaître sa première expérience en Europe. En février 2011, Téléfoot l’avait rencontré. Il était alors annoncé du côté de l'OL...

Enfin ! Après six ans d'atermoiements, de rumeurs, de négociations avortées et autres retournements de situation, Paulo Henrique Chagas de Lima, dit « Ganso », va enfin découvrir le football européen. Samedi, le FC Séville a officialisé la signature du milieu de terrain offensif brésilien, pour une durée de cinq ans et un montant de 9,5 millions d’euros. La fin (heureuse) d’un long (mauvais ?) feuilleton pour le jeune joueur originaire d’Ananindeua, annoncé à plusieurs reprises dans les plus grands clubs européens depuis l’été 2010.

Annoncé comme la nouvelle pépite du foot brésilien au début des années 2010, Ganso, partenaire de Neymar à Santos (entre 2009 et 2012), avait attiré l’œil des recruteurs européens (Inter, Chelsea et Milan AC notamment). Téléfoot s’était donc intéressé à son cas en se rendant outre-Atlantique pour le rencontrer en février 2011. « C’est un rêve pour moi de jouer en Europe, expliquait alors Ganso, international à huit reprises avec le Brésil. J’espère le réaliser très rapidement. » Quelques mois auparavant, il avait failli signer à Lyon contre un chèque de 20 millions d’euros ; bien plus donc que les 9,5M déboursés cet été par le triple tenant de la Ligue Europa… 

D’où vient le surnom « Ganso » ? 

En portugais, « ganso » signifie « oie ». Un surnom pas très flatteur au Brésil. « Mon surnom vient des catégories de jeune, raconte Ganso. Quand je suis venu faire des tests physiques à Santos, le préparateur physique disait : ‘‘ tiens, voilà encore des ganso ’’. Au Brésil, ce sont des enfants qui ne jouent pas bien, qui sont un peu maigrichons, avec des jambes en bois. Ce jour-là, j’ai marqué plein de buts. J’ai intégré Santos, le préparateur physique est devenu mon ami et Ganso est resté. » 

Son style ?

Marcelo Kiremitdjian, agent sportif : « Ce n’est pas un joueur très rapide mais il a une bonne vision du jeu. Il fait beaucoup de passes décisives aux attaquants, c’est impressionnant. » 

Pourquoi il n’a pas signé à Lyon en 2010 

 « Il n’y avait pas qu’une question d’argent, explique Bernard Lacombe, conseiller du président lyonnais Jean-Michel Aulas. Santos ne voulait pas qu’il s’en aille parce qu’ils voulaient un grand Championnat au Brésil et parce que Neymar avait été sollicité alors que le petit André était parti (ndlr : au Dynamo Kiev avant d’être prêté à Bordeaux de janvier à juin 2011 puis de revenir au Brésil, à l’Atlético Mineiro, en juillet 2011. En 2012, il signera de nouveau à Santos). Ils avaient fait des choix et les deux joueurs qui étaient un ton au-dessus de André (ndlr : Neymar et Ganso), ils voulaient absolument les garder. » Ganso : « Signer là-bas aurait été un tremplin pour ma carrière. Lyon est une grande équipe, un grand d’Europe aussi. Malheureusement, les négociations n’ont pas abouti. Mais, qui sait ?, peut-être qu’un jour je jouerai à Lyon. »