Dans l'actualité récente

Giroud : face à Monaco, Arsenal est ”favori de très peu”

Voir le site Téléfoot

error
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2015-02-22T10:49:00.000Z, mis à jour 2015-02-22T10:54:41.000Z

Olivier Giroud a accordé un entretien à Téléfoot, dans lequel il confie quelques secrets du vestiaire d'Arsenal. Il n'a pas oublié non plus d'aborder le choc face à Monaco, en Ligue des Champions.

Auteur de 50 buts en deux ans et demi sous le maillot d’Arsenal, Olivier Giroud a reçu Téléfoot pour parler, d’une part, de ses partenaires et des secrets du vestiaire et, d’autre part, du choc qui se profile face à Monaco en Ligue des Champions. L’attaquant français a rappelé que ”gagner la C1 avec Arsène Wenger” était l’objectif d’un club dont ”le staff a eu un recrutement plutôt conséquent pour rivaliser avec les plus grands.” D’ailleurs, que pense-t-il de Sanchez ?

”On l’appelle Duracel”
Sanchez, donc, c’est Duracel selon ses coéquipiers. Pourquoi ce surnom ? ”Il court de partout, il fait les efforts, il allie le talent et la motivation d’un joueur de 20 ans” confie Giroud, avec qui l’entente est parfaite (40 % des buts de leur équipe). A l’opposé, Mesut Ozil, c’est ”la force tranquille”, ”il est très calme, limite un peu introverti mais quand il a un niveau de confiance très élevé, il sait faire la différence.”

Ses amis Cazorla et Koscielny
Olivier Giroud se sent plus proche de Santiago Cazorla, arrivé en même temps que lui, et c’est avec l'Espagnol qu’il a le plus d’affinités sur le terrain, ”c’est un joueur qui lit très bien le jeu” et, par extension, capable de répondre à ses nombreux appels. En parallèle, il ne tarit pas d’éloges sur Laurent Koscielny, son compatriote, le ”shérif”, ”C’est un défenseur qui tient la baraque, on est plus sereins quand il est là derrière.”

”Favori de très peu”
Mercredi, Arsenal accueille Monaco en Ligue des Champions, pour un huitième de finale aller ”disputé” selon les dires d’Olivier Giroud. Les Gunners avancent-ils dans la peau de favoris ? De très peu, alors” continue l’international, qui ne souhaite pas prendre les Monégasques de haut, surtout au vu de leur solidité défensive, qu’il faudra contourner pour gagner.