Dans l'actualité récente

Gourcuff - Ribéry : les confessions de Jean-Pierre Bernès

Voir le site Téléfoot

error
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2014-10-30T10:13:00.000Z, mis à jour 2014-10-30T10:25:44.000Z

Jean-Pierre Bernès, agent de Franck Ribéry et ancien représentant de Yoann Gourcuff, a livré dans le quotidien L'Equipe du 30 octobre 2014 ses vérités sur ces deux cas épineux du football français. Des confessions intéressantes.

Il est l'un des agents français les plus influents et forcément, tous ses propos sont scrutés avec attention. L'interview accordée par Jean-Pierre Bernès à L'Equipe dans l'édition du 30 octobre 2014 contient effectivement quelques révélations au sujet de son ancien poulain Yoann Gourcuff et de Franck Ribéry, dont il est toujours le représentant.

« Gourcuff n'était pas réceptif à ce que je lui disais »
Jean-Pierre Bernès revient en détails sur sa collaboration avec Yoann Gourcuff : « On entretenait de très bons rapports. C'est un joueur avec lequel j'aurais aimé passer beaucoup de temps. Le problème, dans une telle démarche, c'est qu'il faut un échange. Il n'était pas réceptif à ce que je lui disais. Je lui disais strictement la vérité, ce que les gens disent de lui aujourd'hui, que c'était quelqu'un de particulier. Je ne sais pas s'il a évolué. J'étais peut-être un peu trop direct, mais c'était pour son bien. Je me suis investi avec lui et, du jour au lendemain, sans raison, il a cessé notre collaboration. Il n'a pas agi ainsi qu'avec moi. »

« A Lyon, les joueurs voulaient le pendre par les pieds »
De toute évidence, Jean-Pierre Bernès a, comme d'autres, du mal à cerner totalement le cas Gourcuff : « C'était quelqu'un d'assez mystérieux, assez solitaire. Avec ses défauts et ses qualités. Mais il faut avoir conscience de ce qu'on dégage. A Lyon, les joueurs voulaient le pendre par les pieds, presque ! Ils ne sont pas tous fous à la fois. Il y avait un souci. Quand on est bien dans sa tête, on est bien physiquement. Tous ses soucis, c'est aussi psychologique. Je suis heureux qu'il retrouve un bon niveau : c'est un très gentil garçon. »

« Ribéry est un affectif »
En ce qui concerne Franck Riébry, dont il est encore l'agent, Jean-Pierre Bernès explique la retraite internationale du joueur : « Après son forfait pour la Coupe du monde, on a dit qu'il avait peur des piqûres, qu'il faisait du cinéma, que les Bleus joueraient mieux sans lui. Quand vous voyez ça, ça vous propulse dans le négatif. L'annonce de son forfait n'a pas fait un tollé. On aurait dit que c'était un stagiaire qui arrêtait. » Mais sa retraite n'est peut-être pas définitive, avec l'Euro 2016 organisé en France : « C'est un affectif et il le sera toujours dans deux ans. Mais il faudra que les sentiments de tout le monde aient évolué. »

Qui sait si en 2016, l'équipe de France n'aura pas réintégré Franck Ribéry mais aussi Yoann Gourcuff ?