Govou : "C'est de la bêtise"

Voir le site Téléfoot

Netherlands'  De Jong challenges France's Govou during Euro 2008 soccer match in Bern
Par Olivier D'ARIES|Ecrit pour TF1|2009-06-05T07:20:00.000Z, mis à jour 2009-06-05T07:20:00.000Z
Netherlands'  De Jong challenges France's Govou during Euro 2008 soccer match in Bern

Sidney Govou est revenu sur les huées qui ont accompagnés les Bleus lors de leur défaite à Saint-Etienne face au Nigéria (0-1). Piqué au vif par les sifflets de Geoffroy-Guichard et la prestation terne de sa sélection, le milieu offensif lyonnais veut rectifier le tir face à la Turquie.


SIDNEY GOVOU, est-ce que cela vous surprend d'être si vite de retour en équipe de France ?
S.G. : Ca fait déjà un bon mois que j'ai repris donc je ne pense plus trop à tout cela. Mais c'est vrai que j'étais loin d'espérer finir la saison avec Lyon et donc de retrouver l'équipe de France si vite. Aujourd'hui, je suis heureux d'être là. Je ne suis pas seulement sélectionné parce que le coach a confiance en mois, je le suis aussi parce que j'ai été compétent lors des trois matches disputés avec l'OL. C'est vrai que pour moi, les vacances arrivent un peu tôt.


Qu'avez-vous pensé de la rencontre perdue face au Nigéria ?
S.G. : Ni le résultat ni la manière n'ont été au rendez-vous. Ce sont des rencontres toujours délicates à aborder. On n'a pas joué tous ensemble lorsqu'il le fallait. Mais il y a eu des éléments extérieurs qui en ont dérangé certains. C'est un match à oublier assez rapidement.


Comment avez-vous vécu les sifflets qui ont accompagné l'équipe de France à Saint-Etienne ?
S.G. : Je les ai trouvés ridicules. Les supporters viennent voir jouer l'équipe de France, pas un club. Si moi aussi je ne parlais plus aux Girondins parce qu'ils ont été champions de France, où irait-on ? C'est de la bêtise. On joue pour l'équipe de France, l'aspect club n'est plus à prendre en compte. On aurait pu comprendre certains sifflets mais huer Karim de cette façon, c'est vraiment n'importe quoi.


Est-ce que ce genre de réaction déstabilise les joueurs ?
S.G. : Si la rencontre opposait Saint-Etienne à Lyon, non. Mais quand on joue avec le maillot de l'équipe de France, oui. Sur le banc, nous étions vraiment choqués. On a du mal à comprendre ces réactions. Les gens doivent comprendre que si nous gagnons, c'est toute la France qui gagne.


Qu'est-ce que vous attendez de la rencontre face à la Turquie ?
S.G. : Bien finir la saison. On attend beaucoup de nos supporters. On en a parlé entre nous, on espère qu'il y aura vraiment un autre état d'esprit. On est là pour faire plaisir aux gens et on aimerait qu'ils nous suivent. Il y aura beaucoup de Turcs dans les tribunes, cette rencontre sera plus qu'amicale. A nous d'avoir plus d'envie, plus de motivation. On a envie de montrer autre chose que ce qu'on a montré mardi face au Nigeria. Ce qui c'est passé à Saint-Etienne nous a donné un petit coup et on a envie de bien finir.


Est-ce que les joueurs voient une utilité à ces deux matches de fin de saison ?
S.G. : Ce n'est pas mon problème. Il s'agit de deux matches internationaux. Le débat n'est pas là. L'utilité de ces matchs, je m'en fous. On est appelé en équipe de France, c'est un devoir. D'ailleurs, je ne sens pas de lassitude dans le groupe. On ne nous met pas une pression folle et on est suffisamment intelligent pour prendre sur nous.


Lien vers l'article d'Eurosport Govou : "C'est de la bêtise"Logo eurosport