Grâce à un immense Pastore, le PSG s’impose contre des Lyonnais courageux mais limités

Voir le site Téléfoot

PSG-Rennes - Pastore-Doucouré
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-03-19T22:13:48.627Z, mis à jour 2017-03-20T08:39:44.104Z

Bougé dès l'entame, le PSG a pu compter sur un Pastore des grands soirs pour renverser la vapeur face à l'OL, qui avait ouvert le score.

D’abord bousculé par des Lyonnais agressifs puis mené au score, le PSG s’est appuyé sur un Pastore flamboyant et double passeur décisif. Le club de la capitale préserve ses chances de titre et revient à trois points de Monaco.

Caviar Pastore

Et l’illusion dura une bonne vingtaine de minutes. Pris à la gorge par des Lyonnais tranchants, le PSG a été obligé de défendre dès l’entame du match. Les efforts des Gones, qui ont décidé de presser haut pour gêner la première relance parisienne, ont été récompensés sur un coup de pied arrêté, un corner conclu par Alexandre Lacazette (6e). Personne n’aurait imaginé les hommes d’Unai Emery autant bousculés au Parc des Princes et on a longtemps cru à l’exploit de l’OL. Mais il lui était difficile de maintenir une telle intensité pendant toute une mi-temps et, en commençant à reculer, les Lyonnais ont commis quelques approximations dont a profité un Javier Pastore des grands soirs. Un formidable une-deux avec Di Maria a abouti à l’égalisation signée Rabiot (34e). Dans la foulée, l’Argentin a parfaitement servi Draxler qui a fait parler son instinct de tueur pour donner l’avantage au PSG (40e).

Le PSG en mode gestion

Quelques instants avant le but de Draxler, Memphis Depay, généreux mais imprécis ce dimanche soir, aurait pu obtenir un penalty sur un face-à-face avec Trapp. Mais le Néerlandais a mal joué le coup et il n’a même pas voulu broncher. Assommés par le renversement de situation, les Lyonnais ont également dû se séparer de Lacazette à la reprise. Sans son attaquant providentiel, l’OL n’a plus le même visage et le PSG s’est contenté de gérer son avance, surtout après l’entrée en jeu de Matuidi. Sans être étincelants, les Parisiens se sont plutôt appliqués à bien défendre et les troupes de Bruno Génésio, trop limitées et sans doute émoussées par le match face à l’AS Rome en Ligue Europa, n’ont plus trouvé les armes pour déstabiliser le bloc alors mis en place.

Le PSG conserve ses chances

Loin de la forme flamboyante de l’AS Monaco, le PSG trace sa route et signe une victoire qui lui permet de conserver l’espoir de garder son titre de champion de France. Il faudra compter sur un faux pas adverse mais, à minima, le fait de tenir le rythme et de ne pas céder sous la pression est une bonne chose pour le suspens. La lutte pour la couronne se fera bel et bien à deux et, pour l’heure, l’ASM a toujours l’avantage. Du coté de l’Olympique Lyonnais, en revanche, c’est une onzième défaite qui l’éloigne davantage du podium, alors qu’il aurait pu profiter du nul concédé par Nice à Nantes pour s’en rapprocher. A priori, il peut oublier cet objectif.