Le grand bazar

Voir le site Téléfoot

Jackpot pour Domenech
Par DPPI|Ecrit pour TF1|2010-02-15T15:34:07.000Z, mis à jour 2010-02-15T15:34:07.000Z

La succession de Raymond Domenech à la tête de l'équipe de France, déjà lancée par le président de la Fédération, continue de créer un battage médiatique, à l'image du démenti cinglant de Laurent Blanc à une information de presse annonçant jeudi que les Bleus lui étaient promis.

En plus de Laurent Blanc, les noms de Didier Deschamps (Marseille), Alain Boghossian (actuel adjoint de Domenech) ou des anciens Bleus Jean Tigana et Luis Fernandez sont souvent revenus ces derniers temps pour succéder à Domenech après le Mondial 2010. C'est Jean-Pierre Escalettes lui-même, le président de la FFF, qui avait lancé la course dans des interviews le 5 janvier en lâchant quelques noms depuis son lieu de vacances. Cette communication a donné libre cours aux spéculations. En annonçant qu'il fallait pourvoir le poste lors du conseil fédéral du 30 avril ou du 20 mai, soit avant la Coupe du monde, M. Escalettes a aussi irrité la LFP, qui aurait voulu être consultée, selon des sources proches du dossier.


Pour Le Parisien/Aujourd'hui en France, l'issue est connue. "Les Bleus promis à Laurent Blanc", annonce le quotidien en une jeudi, évoquant en pages sports "les dessous d'un mariage annoncé". "Qu'est ce que vous voulez que je vous dise? s'est emporté l'entraîneur de Bordeaux lors d'une conférence de presse qui ne devait être consacrée qu'aux Girondins. J'avais dit que je n'en parlerais plus, mais je vais le faire quand même. Je vais être très court et très poli parce qu'il le faut: je démens tout ce qui a été dit. Point barre".


Blanc : "Je démens. Point barre"


Début janvier, Le Président avait déjà voulu mettre un frein aux spéculations. "Dorénavant, dès que vous me poserez une question qui concerne mon avenir ou l'équipe de France, je n'y répondrai pas, avait-il déclaré. C'est stop, c'est niet jusqu'au 15 mai pour moi." Si Blanc reste le favori pour prendre les rênes des Bleus, un autre glorieux ancien des champions du monde 1998 et d'Europe 2000, Didier Deschamps, doit lui aussi répondre souvent aux questions sur son intérêt pour le poste.


Mercredi, une interview du président de l'OM dans un magazine local a remis le feu aux poudres: Jean-Claude Dassier expliquait qu'il laisserait Dédé choisir les Bleus. Face à la tempête provoquée à Marseille, M. Dassier a précisé à l'AFP: "Mais cela ne veut évidemment pas dire une seule seconde que l'OM est prêt à se séparer de Didier, et encore moins que c'est un souhait! Mais simplement qu'il aura la main s'il était sollicité pour l'équipe de France".


Derrière Blanc et Deschamps, Alain Boghossian, qui porte à la fois les étiquettes de légitimiste (en tant qu'adjoint de Domenech) et de France 98, a un profil rassembleur, ou Jean Tigana, actuellement sans poste, est de longue date intéressé. La ronde des noms n'est pas finie... Le battage continue.