Griezmann évoque l'homosexualité dans le football

Voir le site Téléfoot

Antoine Griezmann
Par Francois TOUMINET|Ecrit pour TF1|2017-06-07T14:02:54.245Z, mis à jour 2017-06-07T14:26:31.967Z

Pour ICON, la revue masculine d'El Pais, Antoine Griezmann s'est livré à une interview Antoine Griezmann pleine de vérités. Outre sa vie privée et ses goûts pour la mode, Grizi a surtout évoqué l'homosexualité, qu'il sait encore très difficile à assumer dans le football professionnel.

Antoine Griezmann ayant clarifié son avenir (le joueur restera à l'Atlético), il a pu répondre à des interrogations d'un tout autre genre dans un entretien au magazine ICON. Et notamment sur l'homosexualité. Un sujet toujours tabou dans le milieu du football.

[Insolite : Antoine Griezmann basketteur !]

"Les joueurs peuvent avoir peur des insultes"

L'homosexualité est souvent tabou dans le milieu de football. Antoine Griezmann l'aborde sans détour ce mercredi dans une interview au quotidien "El Pais". Contrairement à l'idée répandue dans le football professionnel, il ne dit pas qu'il n'a jamais rencontré de joueur homosexuel, voire qu'il n'y en a pas. Il explique leur silence par la peur à laquelle ils doivent faire face. "Il y a beaucoup de mauvaises personnes dans le football", déclare Griezmann. Les joueurs homosexuels "peuvent avoir peur d'aller dans les stades et avoir peur des insultes". "On nous demande d'être durs et forts et nous avons peur de ce qu'il pourrait se dire. Les joueurs ne sortent pas du placard parce qu'ils ont peur", explique-t-il. A la question de savoir si lui-même ferait son coming out s'il était gay, le joueur assure : "Je pense que je le ferais. Bien sûr, c'est plus facile à dire que quand on est soi-même exposé."

Griezmann n'élude aucune question

Ces déclarations s'inscrivent dans une interview assez large, où il est question notamment de mode et des habitudes personnelles du joueur. Sur un ton plus léger, il explique ainsi que si les footballeurs tapent parfois les fesses d'un coéquipier, c'est parce que "c'est la partie la plus proche de la main". A-t-il déjà embrassé un joueur sur la bouche, lui demande-t-on également ? "Non, mais j'ai déjà vu des joueurs le faire", avoue-t-il. S'il reconnaît que ce n'est pas quelque chose qu'il aimerait faire, "cela dépend du bonheur que vous pouvez avoir", précise-t-il, évoquant une éventuelle victoire en Ligue des champions ou une victoire à la Coupe du monde.

Grizi la "fashion victim"

Dans les colonnes du premier quotidien espagnol, le meilleur joueur de l'Euro 2016 évoque également, et encore une fois, son idole David Beckam dont il s'inspire quand il est question de mode et de coupes de cheveux. Mais le Mancunien n'est pas la seule star à influencer "Grizi" : "Dernièrement j'ai vu J. Balvin (un chanteur colombien de reggaeton) avec une veste Gucci. j'ai aimé et je me la suis acheté." Souvent légère, l'interview "100% sans football" se veut surtout courageuse et rafraîchissante avant de replonger dans le quotidien des Bleus dès vendredi face à la Suède (21heures sur TF1).