Dans l'actualité récente

Guardiola évoque le mercato du FC Barcelone, Sanchez et Fabregas.

Voir le site Téléfoot

Default tf1 image
Par David CASSAN|Ecrit pour TF1|2011-07-19T13:12:00.000Z, mis à jour 2011-07-19T13:22:20.000Z

En conférence de presse, Pep Guardiola a évoqué le mercato de son FC Barcelone. En s'attardant bien sûr sur les cas d'Alexis Sanchez et Cesc Fabregas, dont les arrivées tardent à se concrétiser.

Le FC Barcelone de Pep Guardiola (et Messi, Xavi, Iniesta, Piqué...) est déjà considéré comme une des plus grandes équipes de clubs de tous les temps. Et lorsque vient l'heure de recruter, avec des moyens réduits, rien n'est simple.

Guardiola a donc logiquement évoqué le transfert d'Alexis Sanchez : « L'Udinese défend légitimement ses intérêts mais nous espérons qu'il vienne». Et son profil : « C'est un joueur très jeune qui peut jouer aux trois postes de l'attaque, qui fait le pressing, apporte de la verticalité, et c'est un bon gars de ce que l'on m'a dit. C'est le joueur qui se rapproche le plus du profil que nous cherchons ». Sans craindre un échec : « S'il vient tant mieux, sinon nous nous orienterons vers un joueur plus bon marché ou de la réserve ».

En dehors de sa priorité chilienne, il n'a pas oublié la venue de Cesc Fabregas, livrant ses raisons et son opinion sur les négociations: « En fonction de la saison dernière et de l'équipe réserve nous pensons qu'il faut donner plus de profondeur. Qu'il faut agrandir l'effectif. Le club a très bien travaillé jusqu'ici mais les prix sont ce qu'ils sont et à partir de là on va essayer de l'attirer jusqu'au bout. S'il ne vient pas on fera avec ce qu'on a, mais j'ai confiance dans le fait qu'on y arrive ».

L'ancien métronome du Barça de Cruyff est aussi revenu sur la situation de Fabregas à Arsenal : « Cesc doit faire ce que lui demande Arsenal. Ca ne me plairait pas qu'un joueur de mon club [refuse de s'entrainer]. J'ai entendu qu'il n'est pas parti en Asie parce qu'il a des ennuis ». Le coach s'en tient à ce positionnement un brin hypocrite : « Nous, nous faisons comme nous l'avons fait auparavant : nous interrogeons Arsenal à propos d'un joueur, et s'il n'est pas à vendre, il n'est pas à vendre ».

Ce qui ressort de cette longue conférence de presse, c'est en tous cas que Pep Guardiola est bien déterminé à renforcer son équipe. Et que contrairement à ce qui se dit, et à ce que disait le président Sandro Rosell, le Barça a bien les moyens de ses ambitions.