Le Guen: "J'assume tout"

Voir le site Téléfoot

Le Guen: 'J'assume tout'
Par AFP|Ecrit pour TF1|2010-06-21T06:30:04.000Z, mis à jour 2010-06-21T06:30:04.000Z

Le sélectionneur français du Cameroun, Paul Le Guen, n'a pas caché sa déception après la défaite des Lions indomptables contre le Danemark (2-1), tout en disant avoir "pris du plaisir" malgré la difficulté de ce poste et l'élimination précoce de son équipe.

PAUL LE GUEN, quel sentiment éprouvez-vous après cette deuxième défaite et cette élimination ?


P.L.G. : C'est une grosse désillusion, on avait beaucoup d'espoirs. Le match a montré qu'on avait des raisons d'en avoir, on a manqué d'efficacité et on n'a pas su concrétiser nos bonnes périodes. C'est une grosse déception par rapport aux espoirs du peuple du Cameroun. Ce qui a fait la différence, c'est l'efficacité devant le but. On a eu des occasions très nettes, mais on a manqué de réussite en touchant le poteau. On a été maladroit dans la finition, mais on a été généreux et on a donné ce qu'on pouvait donner.


Regrettez-vous certains de vos choix ?


P.L.G. : Je vais rentrer avec des regrets par rapport à ce soir, parce qu'on a manqué d'efficacité, parce qu'on a perdu contre le Japon, sans être bon. C'est dur de faire le jeu contre le Japon: les Néerlandais ont souffert aussi aujourd'hui comme nous, même s'ils ont réussi à gagner sans être flamboyants. J'ai des regrets par rapport aux deux matches, mais très honnêtement, j'ai l'impression qu'on n'est pas loin.


Avez-vous l'intention de démissionner ?


P.L.G. : Je n'ai pas du tout l'intention de démissionner. Les dirigeants aviseront après le mois de juillet, terme de mon contrat. J'ai essayé de faire du mieux possible pour le football camerounais. Je ne redoute rien, je suis simplement très triste pour le peuple camerounais. Quand on prend le moment où j'ai pris l'équipe et aujourd'hui, on est éliminé de la Coupe du monde c'est vrai, mais on est venu à la Coupe du monde, on a essayé de faire le maximum, on a des regrets, mais j'assume.


Quel bilan personnel tirez-vous de cette Coupe du monde ?


P.L.G. : J'ai essayé de bâtir avec des jeunes et des anciens, j'ai essayé de trouver de l'harmonie. On peut toujours discuter, car les résultats ne sont pas là. J'accepte les critiques, je n'ai pas de regrets à ce niveau là non plus. Tous les équipes sont difficiles à gérer, je ne veux pas comparer les équipes. C'est un super boulot, même si c'est difficile.


Depuis la défaite contre le Japon, on a parlé de crise et de conflits entre les joueurs. Est ce que cela a eu un impact sur la prestation de ce soir ?


P.L.G. : Il y a eu quelques remous. J'essaie de faire les choses de façon engagée avec ma façon de procéder. J'ai pris du plaisir même dans la difficulté. Je reconnais l'échec de la Coupe du monde. Ce n'est pas suffisant, l'équipe avait une âme et de l'envie, elle a montré de belles choses. Cela ne suffit pas à consoler, mais c'était bien quand même.