Henry, le guide

Voir le site Téléfoot

Henry, le guide
Par AFP|Ecrit pour TF1|2009-11-13T13:52:09.000Z, mis à jour 2009-11-13T13:52:09.000Z

Quatre ans après son but à Lansdowne Road, Thierry Henry s'apprête à retrouver l'Eire pour un match clef lors des barrages pour le Mondial 2010. L'attaquant du FC Barcelone est devenu le patron de l'équipe de France et s'impose comme le joueur à suivre.

Son dernier voyage en Irlande avec les Bleus reste marqué dans sa mémoire et dans celle de tous les passionnés de l'équipe de France. Thierry Henry signerait sûrement des deux mains pour revivre le même scénario. Grâce à une de ses fameuses frappes enroulées du pied droit (0-1), les Français avaient quasiment assuré leur qualification pour le Mondial 2006 le 7 septembre 2005 à Lansdowne. Quatre ans plus tard, Titi est toujours là. Mais son statut a évolué. En 2005 malgré son but clef, la presse avait surtout mis en exergue les retours des Zidane, Makelele et Thuram à l'heure de la qualification des Bleus. A l'époque, c'étaient eux les patrons. Aujourd'hui, c'est lui.


De l'eau a coulé sous les ponts dans la vie de l'équipe de France. Et Henry a pris de plus en plus de galons. Sur le terrain bien sûr à l'image de ses trois buts en qualifications contre la Roumanie, la Serbie et l'Autriche, portant son record de but en bleu à 51 unités en 115 sélections. Mais surtout, dans le groupe. Depuis sa prise de parole à la veille de France-Roumanie (1-1, le 5 septembre), le dernier rescapé de la génération 98 est le pilier du vestiaire, l'un de ses tauliers indispensables dans la bonne marche d'un groupe. Au sein des Bleus, il fait d'ailleurs l'unanimité. Et tous ses coéquipiers louent son comportement.


"Un exemple pour tous"


Sidney Govou, habitué des rendez-vous internationaux à Clairefontaine depuis 2002, résume parfaitement le nouveau statut de son partenaire : "A part Titi, qui est le capitaine et qui prend plus la parole avant les matches, il n'y a pas vraiment de meneur d'hommes", explique le Lyonnais. Tous les Tricolores attendent d'ailleurs qu'il leur montre le chemin à suivre pour cette double confrontation décisive face à l'Eire. "Titi a toujours été très investi dans la vie du groupe, c'est un leader, il a une grande expérience du haut niveau", indique Alou Diarra. Bakary Sagna trace le même sillon : "C'est un exemple pour tous. Sur le terrain, il a aussi joué un rôle important. Il marqué des buts clefs. Et il donne l'envie à tout le monde d'en faire plus."


A 32 ans, Henry a clairement changé de dimension en équipe de France. Il est l'exemple à suivre, le guide. Et il peut aussi jouer le rôle de paratonnerre. "La présence de Thierry Henry, ça rassure, ça apporte de la sérénité, avance Gourcuff. Il a l'habitude de jouer ce genre de match. Avec lui, on a plus de chances de les embêter." Attendu de tous, le natif des Ulis, qui a raté un mois en raison d'une blessure à la cuisse droite avant de revenir avec le Barça il y a deux semaines, s'offrirait bien un 52e but en Bleu à Croke Park. Histoire de devenir le premier joueur français à disputer un quatrième mondial. Et de se faire de nouveaux beaux souvenirs de ses voyages en Irlande.