Henry : "Un grand match"

Voir le site Téléfoot

Henry : 'Pas dur à gérer'
Par AFP|Ecrit pour TF1|2009-11-14T11:04:00.000Z, mis à jour 2009-11-14T11:04:00.000Z

Thierry Henry s'attend à un match très intense face à l'Eire en barrage de la Coupe du monde 2010 samedi, à Croke Park. L'expérimenté attaquant des Bleus le compare même à une rencontre de Ligue des Champions. Pour lui la motivation va de soi. Sinon, ce n'est "pas la peine d'y aller", dit-il.

THIERRY HENRY, craignez-vous l'ambiance de Croke Park?


T.H. : C'est un match de football. On nous avait dit la même chose en Serbie. Il va falloir le jouer et bien le jouer. Commencer ici, ce n'est pas évident. Il y a beaucoup d'ambiance, beaucoup de bruit.




A quel genre de match vous attendez-vous?


T.H. : Je n'aime pas parler avant les matches. On sait tous que ce sera un match difficile, on va essayer de bien le jouer.




Pour vous, la Coupe du monde débute samedi?


T.H. : Oui et non. Avant d'aller en Afrique du Sud, il faut en passer par ces matches. Cela nous rappelle des matches de clubs en Champions's League. Il va falloir faire le maximum pour recevoir les Irlandais avec sérénité à la maison.




Quel sera la clé du match?


T.H. : Si on le savait, ce serait super. On ne peut pas savoir. On a battu l'Irlande en 2005 mais les deux équipes ont changé. On pourra avoir une idée après le premier match.




Que représente ce match dans votre carrière?


T.H. : Il y a toujours la même envie, le même désir. C'est la première fois que cela m'arrive en sélection de passer par les barrages. Mais je ne fais pas attention à tout ça. Il faut penser à demain et à mercredi et non à mon cas personnel.




Que devra être le message de Domenech aux joueurs?


T.H. : Le coach n'a pas besoin de parler. C'est un grand match, voire deux. Si on n'est pas motivé là, ce n'est pas la peine d'y aller.




Allez-vous parler à vos coéquipiers?


T.H. : On parle toujours et il y a toujours des discussions.




En cas de qualification, vous serez le premier joueur français à participer à quatre Coupes du monde. Est-ce accessoire?


T.H. : C'est vraiment accessoire. Le plus important, c'est qu'on puisse enchaîner et que la France se qualifie. Cela fait un moment que l'on est sur une série de qualification pour des phases finales, il faut continuer.




Que pensez-vous de Giovanni Trapattoni?


T.H. : On connaît sa réputation et on le respecte.




Quel souvenir gardez-vous de la victoire de 2005 et de votre but?


T.H. : Il y a eu un moment de magie. Ce n'était pas notre meilleur match, je ne sais pas comment ce sera samedi mais des détails peuvent changer le cours d'un match.