Dans l'actualité récente

Héroïque, la défense de la Juventus a brisé les rêves du FC Barcelone

Voir le site Téléfoot

Giorgio Chiellini (Juventus)
Par Nicolas BAMBA|Ecrit pour TF1|2017-04-20T02:26:55.626Z, mis à jour 2017-04-20T02:26:55.626Z

Les rêves d'une remontada se sont envolés au Camp Nou côté Barça. Les Catalans rêvaient d'un quart de finale de Ligue des champions d'anthologie. Mais la Juventus possède une arrière-garde incroyable avec Gianluigi Buffon, Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini. La MSN n'a rien pu faire contre une telle muraille (0-0).

Le miracle n'a pas eu lieu une seconde fois. Le FC Barcelone voulait le faire pourtant. Battu 3-0 au match aller de ces quarts de finale par la Juventus, il rêvait de renverser la vapeur comme contre le PSG en huitièmes (4-0, puis 6-1). Le Camp Nou était chauffé à blanc et le trident Lionel Messi-Luis Suarez-Neymar était décidé à faire plier la Vieille Dame. Mais non : cette Juve n'a pas rien cédé. Et le score est resté nul et vierge (0-0). Le Barça sort de la Ligue des champions 2016-2017.

Désemparé, Neymar craque et finit en pleurs

Les Catalans ont pourtant essayé. Et c'est Neymar, l'homme clé dans l'exploit du PSG, qui a de nouveau pris les choses en mains. Le Brésilien s'est démené. A lui tout seul, il a tenté sa chance à 20 reprises contre la Juve, soit plus que tous ses partenaires réunis (18 tentatives). Mais les dribbles de l'Auriverde n'ont pas fonctionné. Luis Suarez a été transparent et Lionel Messi beaucoup trop imprécis. L'impuissance de ces trois attaquants si redoutés était criante.

Comme un symbole, Neymar a fondu en larmes au coup de sifflet final. Pour le Barça, ne marquer aucun but sur une confrontation aller-retour est extrêmement rare. La dernière fois, c'était en 2013, une année où les Blaugrana prirent deux leçons mémorables face au Bayern Munich en demi-finales (3-0 et 4-0). Sinon, il faut remonter en 2008 et une nouvelle élimination en demi-finales face à Manchester United cette fois (0-0 et 1-0). A ces époques, la "MSN" n'existait pas. Depuis 2014, celle-ci met au supplice les défenses. Ce mercredi soir, ce fut le contraire.

La Juve a (re)fait de la défense un art

Depuis 2008, le Ballon d'Or se partage entre le Madrilène Cristiano Ronaldo et le Blaugrana Lionel Messi. Depuis deux ans à peu près, on évoque avec de plus en plus d'insistance Luis Suarez et surtout Neymar pour mettre fin à cette hégémonie entre le Portugais et l'Argentin. CR7, stratosphérique en quarts contre le Bayern (et ce malgré les polémiques), est plus que jamais en course pour l'édition 2017. Il est peu probable qu'un Barcelonais puisse y prétendre aussi, maintenant que le club est éliminé. Mais... et si le prochain Ballon d'Or était à chercher du côté de la Juve ?

Avec Paulo Dybala, Gonzalo Higuain, Juan Cuadrado, Mario Mandzukic ou encore Miralem Pjanic, les Turinois ne manquent pas d'atouts offensifs. Mais que dire de l'arrière-garde. On y trouve Daniel Alves, une valeur sûre, ainsi qu'Alex Sandro, les efficaces Mehdi Benatia et Stephan Lichsteiner, et surtout les trois monstres : les défenseurs centraux Leonardo Bonucci et Giorgio Chiellini, ainsi que le gardien du temple, Gianluigi Buffon. Si la MSN a été muselée, c'est notamment grâce à eux.

Buffon réalise une saison exceptionnelle... au point de gagner le Ballon d'Or ?

Turinois depuis 2004, Chiellini a tout connu avec la Juve et l'Italie. Il a patiemment gravi les échelons pour s'ériger parmi les meilleurs défenseurs du monde. La trajectoire linéaire de Leonardo Bonucci est aussi impressionnante. Lui a rejoint le Piémont en 2010. Voilà maintenant sept ans qu'il forme, de manière plus ou moins continue, cette charnière centrale que de nombreux clubs regardent avec envie. Pep Guardiola adore Bonucci et a déjà tenté de le faire signer à Manchester City. San succès pour l'instant, pour le plus grand plaisir des Bianconeri. Son binôme Chiellini, impressionnant l'été dernier durant l'Euro 2016, ne manque pas de courtisans non plus (Arsenal, Chelsea...).

Et que dire de plus sur la légende Gianluigi Buffon, si emblématique et si talentueux qu'on a du mal à comprendre qu'il ne soit pas devenu le deuxième gardien à recevoir le Ballon d'Or après Lev Yachine. Pour beaucoup d'observateurs d'ailleurs, le portier aurait fait un meilleur lauréat en 2006 que Fabio Cannavaro, capitaine de la Squadra Azzurra championne du monde. Tant pis, on ne réécrit pas l'histoire. Mais si la Juve va au bout, Buffon, 39 ans, serait un candidat parfait. L'âge ne semble pas l'affecter : cette saison, en 10 matches de Ligue des champions, il a gardé sa cage inviolée à 8 reprises. Sinon, ses filets n'ont tremblé que deux fois. Et Gianluigi Buffon fait toujours partie de la très réduite corporation des gardiens qui n'ont jamais encaissé un but de Messi (en trois rencontres)... Décidément, cette Juventus mérite sa qualification. Et elle peut aller loin, avec cette défense splendide.