Dans l'actualité récente

Ibrahimovic et Zidane taclés par Materazzi

Voir le site Téléfoot

error
Par Laurent TITY|Ecrit pour TF1|2013-01-22T11:17:00.000Z, mis à jour 2013-01-22T13:15:27.000Z

Marco Materazzi a réussi l'exploit de critiquer Zlatan Ibrahimovic et Zinedine Zidane dans la même interview. Dans le monde des jeux vidéo, on appelle ça un combo.

Quand Marco Materazzi s'adresse à la presse française, ses propos sur Zinedine Zidane sont toujours attendus. Cette fois-ci, dans France Football, l'Italien a décidé de se lâcher aussi sur Zlatan Ibrahimovic.

« Zlatan, ce n'est jamais sa faute »
Marco Materazzi a joué avec Zlatan Ibrahimovic à l'Inter Milan durant le passage de ce dernier, de 2006 à 2009. Et l'ancien international italien n'en garde pas que de bons souvenirs : « Quand un coéquipier est en difficulté, on doit l'aider, et non le massacrer. Si tu te comportes ainsi (...), tu dois te poser des questions, te demander pourquoi tu ne gagnes pas le Ballon d'Or ®. On est vraiment grand quand on se met aussi à la disposition du groupe (...) Ce n'est jamais sa faute. »

« Zidane a perdu une occasion »
Voilà pour Zlatan Ibrahimovic. Au tour du meilleur ennemi de Marco Materazzi, notre Zinedine Zidane national. Le Français nie avoir serré la main de Materazzi en novembre 2012, à Milan sur le parking d'un hôtel : « Il a perdu une occasion de faire belle figure, car tout le monde aurait dit : ‘Zidane est un seigneur parce qu'il a serré la main à cette merde'. » En tout cas, le défenseur italien n'a pas perdu son sens de la formule.

Benitez a osé toucher à Mourinho
Et comme Marco Materazzi ne fait pas les choses à moitié, il en profite pour tacler Rafael Benitez, qu'il a eu pour entraîneur à l'Inter Milan de juin à décembre 2010. Ce dernier n'avait pas supporté l'héritage laissé au club par un certain José Mourinho : « Si j'étais président d'un club, je ne lui confierais jamais une équipe ! Il y avait à la Pinetina (centre d'entraînement de l'Inter Milan) des photos d'entraîneurs qui avaient gagné avec l'Inter : Herrera, Mancini, Mourinho. Benitez a fait enlever celles représentant José Mourinho (...) Avec ce geste, Benitez a montré son caractère, celui d'une personne faible. »

Les déclarations de Marco Materazzi valent toujours le détour...