Dans l'actualité récente

Insolite : la fédération du Rwanda interdit la sorcellerie suite à un match

Voir le site Téléfoot

Capture d’écran 2016 12 29 à 18 07 58
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-12-29T17:12:35.034Z, mis à jour 2016-12-29T17:12:37.107Z

La Fédération rwandaise de football a décidé d'interdire la sorcellerie suite à des accusations portées contre un joueur de Rayon Sport.

La Fédération rwandaise de football a décidé de rajouter une ligne aux règles de son sport : interdire la sorcellerie. La conséquence est aussi drôle que la cause.

Les faits

Début décembre, Moussa Camara s’est visiblement rendu coupable d’un acte de sorcellerie, a jugé la Fédération rwandaise de football (la FERWAFA). Alors que son équipe, le Rayon Sport, était menée au score, l’attaquant, après avoir vu une tentative échouer sur la barre, est allé faire une sorte de « rituel » sur le poteau juste avant la mi-temps. Poursuivi par le gardien adverse, comme le montre la vidéo ayant immortalisé la scène surréaliste, il a écopé d’un carton jaune. Mais il a également marqué quelques minutes après la pause…

Un « incident » pris au sérieux

On imagine que les plaintes de ses adversaires ont été suffisamment importantes pour que la Fédération se penche sérieusement sur le sujet. Elle a dû en conclure que Moussa Camara avait effectivement jeté un sort au poteau, ce qui a pu lui permettre d’égaliser. De fait, au sortir d’une réunion exceptionnelle, la FERWAFA a simplement décidé d’interdire toute forme de sorcellerie pendant un match de foot.

Des sanctions à prévoir

A compter de maintenant, une équipe qui ferait appel à la sorcellerie sera passible de plusieurs amendes, à partir de 100 000 francs rwandais pour le joueur (118 € environ). Sur cette décision, la Fédération note, « Dans les statuts de la FERWAFA, nous n’avons aucune loi qui punit l’usage de la sorcellerie car il n’y a rien dans le monde qui peut prouver qu’elle influence le résultat d’un match. Toutefois, en raison de la violence que cela peut engendrer suite à des accusations, nous avons décidé de mettre en place des règles. » Jimmy Mulisa, ancien international, n’est pas d’accord, « C’est triste de voir que nous avons encore de telles croyances dans notre football. Non seulement ça donne une mauvaise image de notre pays mais, en plus, ça tue le développement du football. »