Insolite : José Saez s’engage dans l’armée pour disputer les Jeux mondiaux

Voir le site Téléfoot

José Saez   Valenciennes
Par Silvestro DE CARO|Ecrit pour TF1|2015-09-23T09:50:53.512Z, mis à jour 2015-09-23T10:01:19.384Z

Au chômage après dix années passées à Valenciennes et une à Caen, José Saez a décidé de s’engager dans l’armée. Il disputera les Jeux mondiaux militaires avec l’Equipe de France.

Joueur emblématique de la Ligue 1 pour ses prestations régulières, José Saez s’est retrouvé au chômage en juin dernier. Et pour cause, le Stade Malherbe de Caen n’a pas souhaité renouveler son contrat. Avec deux matches de L1 au compteur la saison dernière, il n’entrait plus les plans de l’entraîneur, Patrice Garande. Pour continuer à exercer son métier et sa passion, le milieu de terrain a opté pour une fin de carrière atypique. Il s’est engagé avec l’armée française pour disputer les Jeux mondiaux militaires.

Saez, direction la Corée du Sud

Durant toute sa carrière, José Saez n’a jamais été sélectionné en Equipe de France. A 33 ans, le milieu de terrain va enfin étrenner le maillot des Bleus. Petite particularité qui pèse lourd, il ne le fera pas sous la houlette de Didier Deschamps. Sans club depuis cet été, l’ancien de Valenciennes s’est engagé dans l’armée. Pas question de chausser le kevlar, mais bien de jouer au football. Il disputera ainsi le championnat du Monde militaire en Corée du Sud. Pour renforcer leur équipe, les militaires peuvent faire appel à six joueurs professionnels au chômage. José Saez embarquera donc en compagnie d’anciens pros comme Wilfried Dalmat ou Jean-François Bedenik, pour une mission de trois semaines.



« Il faut gagner le titre mondial »

José Saez s’est confié à 20 Minutes pour raconter cette expérience insolite. Si les installations sont de bonne facture, le milieu de terrain a de quoi être déboussolé : « Il y a des légionnaires, des gradés, des jeunes qui jouent très bien au foot. C’est bizarre de se dire que les mecs avec qui tu joues peuvent partir du jour au lendemain à la guerre […] Ça déconne et ça chambre beaucoup. Ça ressemble à un vestiaire de club. Ça se chambre beaucoup. Même si quand tu vois un légionnaire, t’hésites un peu à chambrer. Les mecs font quand même des arts martiaux. »

Avec les militaires, José Saez a pu découvrir Fontainebleau : « Je m’attendais à ce qu’on dorme dans un dortoir mais en fait chacun a sa chambre à Fontainebleau où il y a un centre d’entraînement ultra-moderne. Au Mondial, on sera deux par chambre en mixant avec un réserviste et un militaire. […]Tu es rémunéré à la journée. On touche 90 euros par jour. Franchement, c’est très correct surtout qu’on est logé, nourri, blanchi et le billet d’avion pour la Corée est payé. »

Après avoir passé plus de treize ans dans le monde professionnel, José Saez ne disputera pas cette Coupe du Monde en touriste. Il souhaite la remporter, tout comme l'avaient fait Dhorasoo et Dacourt en 1995 : « Il faut gagner le titre mondial car la France a été sacrée championne d’Europe l'année dernière. Mais ce ne ne sera pas évident car des équipes mettent les meilleurs espoirs du pays comme en Corée du Sud où le service militaire est obligatoire. »

Cette histoire pourrait se retrouver dans les insolites de MyTelefoot :