Insolite : ouf, Rennes a retrouvé ses deux Coupes de France

Voir le site Téléfoot

Téléfoot - Mercato - Cristiano Ronaldo au PSG ? Olivier Létang répond à cette rumeur
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2018-03-17T11:35:52.916Z, mis à jour 2018-03-17T11:35:54.641Z

Le Stade Rennais a annoncé une bonne nouvelle : il a retrouvé ses deux Coupes de France (1965 et 1971).

Vendredi soir, le Stade Rennais a publié un communiqué annonçant une bonne nouvelle : après plusieurs semaines d'investigation, le club breton a remis la main sur ses deux Coupes de France, lesquelles ont été remportées en 1965 et 1971.

Ouf de soulagement !

Rennes a évité le pire. Le 21 janvier dernier, Olivier Létang, le président exécutif, avait fait un drôle d'appel à l'occasion de l'Assemblée Générale des anciens joueurs : celui de retrouver les Coupes de France remportées en 1965 et 1971 et égarées entre temps. Aujourd'hui, le club peut lâcher un ouf de soulagement car les deux trophées ont bel et bien été retrouvés, ce que s'est empressé de partager le département communication.

"Un buzz médiatique"

Le Stade Rennais sait que cette drôle d'annonce avait provoqué le buzz à l'époque, les gens se demandant comment une institution peut perdre deux coupes très importantes et s'inscrivant dans la case réussites de son historique. Elle a finalement fourni des explications sur le pourquoi du comment. "La première Coupe, celle de 65, avait été prêtée à la Ligue de Bretagne de Football afin que le titre soit fêté un peu partout en Bretagne. Personne ne l’avait réclamée à l’époque" explique le communiqué.

Et la deuxième ? "La seconde, celle de 71 avait été soigneusement préservée par le Stade Rennais F.C. dans ses archives. A la suite de multiples déménagements, et au fil des années, le Trophée a été si bien préservé que son emplacement exact restait inconnu de tous les collaborateurs actuels du club" ajoute-t-il.

"Happy End !"

La direction n'a pas manqué de remercier tous ceux qui l'ont aidée à remettre la main sur les deux Coupes de France. Désormais, elle "peut poursuivre son projet de valorisation de son histoire et imaginer sereinement l’exposition des deux trophées finalement retrouvés".