Insolite : quand Sergio Ramos prend la défense de Gerard Piqué !

Voir le site Téléfoot

Sergio Ramos et Gerard Piqué
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2017-09-02T17:04:57.605Z, mis à jour 2017-09-02T17:32:52.031Z

Sergio Ramos a ouvertement demandé aux supporters espagnols de ne pas siffler Gerard Piqué lors du choc entre l'Espagne et l'Italie programmé à Santiago Bernabeu.

Sergio Ramos a demandé au public de Santiago Bernabeu de respecter Gerard Piqué à l'occasion du match entre l'Espagne et l'Italie.

Je t'aime moi non plus

Sergio Ramos et Gerard Piqué, les deux défenseurs centraux de l'Espagne, nourrissent une relation contrastée. Ennemis jurés en Liga puisque l'un évolue au Real Madrid et l'autre au FC Barcelone, ils doivent bel et bien être coéquipiers en sélection. Professionnels, ils ont toujours mis de côté leur rivalité en club pour porter la Roja. Ils ont même gagné de nombreux titres ensemble sous le même maillot, oubliant les nombreuses piques qu'ils s'envoient tout au long de la saison, majoritairement au moment des Clasico (avant et après).

Ne pas siffler Piqué

Sauf que, ce samedi soir, Gerard Piqué va se retrouver à Santiago Bernabeu pour la finale du groupe G des qualifications pour le Mondial 2018 entre l'Espagne et l'Italie. En territoire ennemi, donc. Mais Sergio Ramos, en bon capitaine, a fait passer un message aux supporters et aux socios du Real Madrid, "Le Bernabeu doit nous supporter. Il ne doit siffler ni Piqué ni personne d’autre. Piqué a toujours été un joueur exemplaire pour la sélection nationale et je demande à tous les supporters de nous aider lorsque nous jouons à domicile. Les sifflets n’ont jamais aidé personne".

Carvajal prend sa défense aussi

Gerard Piqué, un peu trop bavard au goût de certains, est souvent sifflé lors de ses sorties avec le maillot de la Roja. Mais vu les enjeux du match face à l'Italie, il serait de bon ton que les moqueries soient remplacées par des encouragements et des applaudissements. "Le siffler, c'est nous siffler tous" a expliqué, lucide, Daniel Carvajal. Comme Sergio Ramos, le latéral joue lui aussi au Real Madrid. Une autre preuve que, malgré la forte concurrence liant Merengue et Blaugrana, seule l'unité prime en sélection.